Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Rennes : Engins incendiaires et tags anti-police devant la préfecture pour Montreuil et Bagnolet
(Le 13 août 2009)

Rennes. Engins incendiaires et tags anti-police devant la préfecture

Le Télégramme, 13 août 2009 à 18h39

Deux bouteilles en plastique de 2 l remplies d’essence desquelles deux mèches très longues s’échappent. C’est le type d’engin incendiaire que la police a retrouvé ce matin, devant les portes de la préfecture de Beauregard, à Rennes.

Mèche allumée

Une des mèches a été allumée à distance, mais ne s’est pas consummée. Les engins ont été déposés en pleine nuit, alors qu’il n’y avait personne dans la préfecture ou aux abords. Un tag indiquant "Montreuil Bagnolet police éborgne et tue" inscrit sur les lieux. Ce tag rappelle des événements récents intervenus dans la région parisienne.

Deux autres dégradations

Montreuil fait référence à un squat évacué par la police au mois de juillet où un squatteur avait perdu un œil. Bagnolet rappelle le décès d’un motocycliste le week-end dernier après une course poursuite avec la police. Ce tag est probablement en lien avec deux autres dégradations survenues au mois de juillet dans des agences immobilières de Rennes.

Vengeance ?

Près des agences, on avait retrouvé des tags indiquant " Montreuil Vengeance" et "Œil pour œil" . Une des pistes pourrait être le milieu arnachiste rennais, même si les preuves matérielles semblent minces. Aucune empreinte exploitable n’avait été retrouvée près des agences immobilières. Peut-être en sera-t-il autrement à la préfecture.

***********

Rennes : deux cocktails Molotov déposés au pied de la préfecture

lemensuelderennes.fr, 13 août 2009 à 15h41.

Ce jeudi, deux cocktails Molotov ont été retrouvés au pied de la préfecture de Beauregard. Aucun n’a explosé. La police rapproche cet acte avec les dégradations d’agences immobilières de ces dernières semaines, attribuées à la mouvance anarcho-autonome.

Stupeur devant la préfecture de Beauregard, ce jeudi matin à 7h30. Alors que les fonctionnaires se rendent sur leur lieu de travail, ils découvrent deux bouteilles en plastique remplies d’essence. Placées entre la grille et la vitre de la préfecture, aucune n’a explosé. Selon les premières observations, les mèches des bouteilles ont été allumées mais se sont éteintes avant que le feu n’entre en contact avec l’essence.

Non loin, un tag mentionne « Montreuil Bagnolet police éborgne et tue ». Les références ne sont pas dures à trouver. Elles rappellent les affrontements qui se sont déroulés à Montreuil, en Seine-Saint-Denis, la semaine dernière. Le 8 juillet, un homme de 34 ans a perdu un œil après un tir de flash-ball, lors d’une manifestation réprimée par les forces de l’ordre. Cette mobilisation avait été organisée afin de protester contre l’évacuation d’un squat dans une ancienne clinique appartenant à un grand groupe immobilier. Concernant Bagnolet, il faut remonter à la nuit du 9 août. Un jeune homme de la région parisienne est mort suite à une course poursuite avec la police.

Rennes, cible des « arnacho-autonomes » ?

A Rennes, ce genre de dégradations se multiplie. Vendredi 17 juillet en début d’après-midi, des pavés on été lancés dans l’agence Giboire, rue de Plélo, à côté du Colombier. Les murs de l’enseigne sont tagués de l’inscription "Montreuil vengeance". Le surlendemain, vers 3 h 20, dans la nuit de dimanche à lundi, un cocktail molotov est jeté contre la vitrine de l’agence Foncia, située au 171 rue de Fougères. Un début d’incendie se déclare. Les dégâts sont relativement importants. Là encore, un tag est retrouvé sur le mur de l’agence : "Oeil pour oeil".

Les soupçons des policiers se portent donc sur la mouvance dite "anarcho-autonome". Cette fois-ci, il s’agit de deux explosifs retrouvés au pied d’un bâtiment appartenant à l’Etat. L’enquête est en cours. Actuellement, la police visionne les images de la caméra de surveillance située à l’entrée de la préfecture.

Suivant
Imprimer l'article

Rennes, nuit du 12 au 13 août 2009 : les deux bouteilles solidaires retrouvées devant la Préfecture