Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Saint-Ouen (Seine St Denis) : un flic gravement blessé... et 2.318 autres en 6 mois.
(Le 11 septembre 2009)

Policier grièvement blessé : le soutien du ministre

Le Parisien, 10.09.2009, 22h09

Le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux s’est rendu jeudi soir au commissariat de Saint-Ouen dont un des policiers venait d’être renversé par une moto qui avait foncé sur lui, pour témoigner « soutien, amitié et affection » à la victime.

Le policier, Baptiste Toussaint, qui avait eu 24 ans la veille, sortant d’une intervention dans un squat de Saint-Ouen, en civil, avec « le brassard police et son flash-ball était sur le trottoir, avec un collègue en face de lui », lorsque le motard est arrivé, a-t-on expliqué au ministre.

« Ils ont vu un individu qu’ils connaissaient, parce qu’à 23 reprises il a fait l’objet d’une mise en cause, et lui ont demandé de s’arrêter », a-t-on poursuivi, ajoutant que « les regards se sont croisés » avant que le motard « percute (le fonctionnaire) sur le trottoir ».

Le policier « a rebondi sur un candélabre », tandis qu’un autre équipage venu en appui (pour l’intervention précédente) a couru après le motard qui avait chuté en faisant demi-tour« .

Le jeune homme, qui pilotait cette moto, volée, au numéro limé, non homologuée pour la circulation routière, destinée au seul cross, a été placé en garde à vue au commissariat de Saint-Ouen depuis 17H30.

Brice Hortefeux, qui n’a pu se rendre au chevet de la victime car « ce n’était pas le bon moment, pour raisons médicales », est venu s’adresser à ses collègues directement, « parce que vous êtes êtes confrontés à cette réalité, totalement inadmissible ».

« Parce qu’un voyou l’a percuté volontairement, Baptiste Toussaint est à l’hôpital (Bichat à Paris, ndlr), je suis venu vous demander de lui transmettre mon soutien, mon amitié et mon affection », a dit le ministre.

Après avoir rappelé que « il y a 48 heures, il y a eu à Stains des incidents de même nature, on a foncé sur les policiers concernés », il a souligné que la police paie un tribut lourd : depuis six mois, il y a 2.318 blessés, dans (ses rangs) dans l’exercice de leurs fonctions ».

« Il ne faut pas mollir, vous portez la loi, l’ordre, votre mission est indispensable, vous pouvez en être fier, je suis très fier de ce que vous faites », a conclu Hortefeux.

Suivant
Imprimer l'article