Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris : Les locaux du service de recrutement des armées aspergés de peinture rouge
(Le 8 octobre 2009)

[Nous passons cette dépêche à titre exceptionnel, vu que le pacifisme est aussi dangereux que le militarisme : ni de leur paix, ni de leur guerre !]

08/10/2009 à 09:56 Le Point.fr

Les locaux du service de recrutement des armées, à Paris, aspergés de peinture rouge

L’événement est suffisamment rare pour être noté : quelques groupes opposés à la présence de l’armée française en Afghanistan ( Agir contre la guerre , Americans Against the War , Mouvement de la paix , CEDETIM , et Nouveau Parti anticapitaliste ) ont organisé hier une manifestation, à laquelle une quinzaine de personnes ont participé, au CIRFA (Centre d’information et de recrutement des forces armées ) de la caserne de Reuilly, à Paris. Selon le communiqué des organisateurs, les manifestants "ont jeté des milliers de flyers exigeant le retrait des troupes françaises, exprimant ainsi leur solidarité avec le peuple afghan de Kaboul à Calais, demandant la fermeture des casernes et l’ouverture de bureaux de poste, d’écoles et d’hôpitaux". Ils ont également aspergé de peinture l’extérieur du bâtiment, et l’intérieur de mercurochrome. Les conseillers recruteurs de l’armée de terre et de la marine qui se trouvaient sur place ont "fait ressortir les manifestants des locaux sans brutalité", précise le SIRPA Terre, qui ajoute que les activités du centre ont repris sans autre incident après un bon nettoyage. Treize personnes ont été arrêtées par la police et relâchées après un contrôle d’identité. Elles seront poursuivies pour "dégradation de biens publics en réunion". L’armée de terre a fait part de son intention de porter plainte.

Cet incident mineur demeure une exception, car la présence de 3.000 soldats français en Afghanistan ne fait, à ce jour, l’objet d’aucun débat significatif dans la société civile ou la classe politique française.

Suivant
Imprimer l'article