Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Compte-rendu du rassemblement devant le 127bis et le chantier du nouveau centre de rétention
(Le 8 octobre 2009)

Compte-rendu du rassemblement devant le 127bis et le chantier du nouveau centre

Le dimanche 27 septembre avait lieu un rassemblement devant le centre 127bis ainsi que devant le chantier du nouveau centre à Steenokkerzeel, juste à côté des pistes atterrissage de l’aéroport.

Une cinquantaine de personnes s’étaient déplacées. Les détenus du centre criaient et frappaient sur les fenêtres et les barreaux. A l’extérieur, une banderole sur laquelle était inscrit “Contre toutes les prisons. Vive la révolte !” avait été déroulée. A un moment donné il fut décidé d’aller vers le chantier du nouveau centre en passant par les champs. La police a laissé faire et ne s’est pas rendu sur le chantier.

Pendant ce temps, de l’autre côté, une trentaine de personnes firent tomber la clôture et entrèrent sur le chantier. Alors, quelques bombes de peintures furent déversées sur des pelleteuses et du sable déposé dans le réservoir de plusieurs machines. La police a finalement accouru sur place, mais les manifestants sont repartis à temps. De retour au 127 bis, l’ambiance s’est quelque peu durcie, principalement à l’intérieur où quelques prisonniers essayèrent de casser les fenêtres.

Un peu plus tard le rassemblement s’est dipersé et personne ne fut contrôlé.

Il n’y a pas de doute à avoir quant à l’importance de faire des dégâts sur le chantier en tant que tel. Pourtant, les entreprises qui construisent le centre telles que BESIX, VALENS, Waterman TCA, SECO, Bontinck Architecture,... peuvent être attaquées en bien des endroits et surtout là où elles ne s’y attendent pas. Le chantier du nouveau centre se trouve à un endroit délimité, ce n’est qu’une infime partie, alors que les tentacules de la machine à déporter se trouvent partout.

Sabotons la machine à expulser partout où nous le pouvons !
Contre toutes les prisons, contre toutes les frontières !

Traduit du flamand, tiré de Indy Flandres

Suivant
Imprimer l'article