Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris : La SNCF porte plainte pour actes de malveillance
(Le 15 octobre 2009)

La SNCF porte plainte pour actes de malveillance

Figaro, 15/10/2009 | Mise à jour : 23:48

Les perturbations rencontrées sur ses lignes parisiennes seraient dues à des dégradations sur son réseau électrique.

La SNCF visée par des actes de sabotage ou simplement victime d’un vol de cuivre ? Déjà partie civile dans l’affaire Coupat du nom de ce jeune homme accusé d’avoir voulu faire dérailler des trains en installant des crochets sur les caténaires , la Société nationale des chemins de fer se dit cette fois victime d’actes de « malveillance » pour expliquer les importantes perturbations dont pâtissent depuis trois jours des dizaines de milliers de voyageurs à Paris, mais aussi en province. Elle a assuré jeudi avoir porté plainte pour « vol aggravé et mise en danger d’autrui ». Car des câbles auraient été volontairement sectionnés avant de disparaître...

C’est le secteur sud-est de la capitale qui a été touché, les trains de banlieue, mais aussi les lignes TGV, avec des répercutions jusque dans le sud de la France, puisque les trains sont retardés au départ et à l’arrivée sur les lignes de la gare de Lyon. Le retour à la normale n’est pas attendu avant ce week-end, en raison de la complexité de la tâche des cheminots qui s’emploient jour et nuit à réparer les dégâts.

Deux incidents d’origine électrique, apparemment sans lien entre eux, ont en fait affecté le trafic du RER D dans sa partie sud, des TER-Bourgogne et des TGV. Le premier s’est produit mercredi vers 23 heures : un court-circuit a affecté la signalisation régulant le trafic, au Vert-de-Maison (Val-de-Marne), à 8 km au sud de la gare de Lyon. Les TGV ont accusé jusqu’à trois heures de retard. Puis un second « incident électrique » est intervenu, jeudi, vers 5 heures du matin, à Vigneux (Essonne). Il aurait provoqué l’incendie d’une armoire électrique. Tous les câbles de signalisation dans ce secteur à forte densité de trafic auraient été endommagés, occasionnant des perturbations supplémentaires.

Réparations jusqu’à samedi

Le trafic a dû être réduit de moitié pour garantir la sécurité des passagers. Les réseaux Transilien (lignes D et R), TER, Corail et TGV au départ et à destination de la gare de Lyon ont été fortement perturbés. Depuis mercredi soir, une centaine de techniciens sont à pied d’œuvre pour remettre en état le réseau. Près de 800 circuits de signalisation et de télécommunication ont brûlé. Ils doivent être remplacés, puis testés, un à un, avant d’être remis en service. Selon la SNCF, la réparation de toutes les installations nécessitera « un travail intensif jusqu’à samedi ».

Vendredi, le trafic des lignes D, R et du TER Bourgogne sera assuré à raison d’un train sur deux. La SNCF rappelle que les voyageurs de la ligne D peuvent utiliser la ligne C du RER. La circulation des TGV, au départ et à l’arrivée de la gare de Lyon, sera normale mais avec des retards.

************

SNCF : enquête sur un vol de câbles

AFP, 16/10/2009 | Mise à jour : 18:23

Le parquet de Créteil a ouvert une enquête après la plainte pour "vol aggravé et mise en danger d’autrui" déposée par la SNCF qui a constaté le sectionnement volontaire de câbles électriques à hauteur de la gare de Vert-de-Maisons (Val-de-Marne), a-t-on appris de source judiciaire. Cette enquête en flagrance a été confiée au service des réseaux ferrés parisiens (SRFP).

La plainte concerne, selon la même source, le vol de "200 mètres de câbles de cuivre", dont la SNCF s’est rendue compte à l’occasion des travaux de réparation engagés à la suite des deux incidents d’origine électrique ayant affecté le trafic du RER D dans sa partie sud, des TER-Bourgogne et des TGV. "On ne sait pas quand le vol a été commis", a-t-on ajouté de même source. Pierre Izard, directeur général de l’infrastructure à la SNCF, avait expliqué hier à l’AFP qu’au passage d’un train dans le secteur de la gare de Vert-de-Maisons dans la nuit de mercredi à jeudi, une surchauffe a produit un incendie dans un centre de signalisation.

Les câbles volés au niveau de Vert-de-Maisons, à huit kilomètres au sud de Paris, étaient justement "destinés à dériver des phénomènes de surtension électrique", a-t-on précisé de source judiciaire. L’incident, survenu vers 23H00 à Vert-de-Maisons, avait entraîné des retards de trois heures à l’arrivée à Paris des TGV. Un deuxième incident électrique, sans lien avec le premier, était ensuite intervenu à 05H00 à Vigneux (Essonne), occasionnant des perturbations supplémentaires.

Le trafic avait alors dû être réduit de moitié pour garantir la sécurité de circulation, selon la SNCF. Il devait reprendre samedi matin, a indiqué une porte-parole vendredi en fin d’après-midi.

Suivant
Imprimer l'article