Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Athènes : Une bombe explose au ministère de l’Economie
(Le 12 décembre 2005)

lundi 12 décembre 2005, 17h11

Une bombe explose au ministère de l’Economie à Athènes

ATHENES (Reuters) - Une bombe a explosé près du ministère grec de l’Economie, dans le centre d’Athènes, blessant légèrement deux personnes et causant d’importants dégâts, apprend-on auprès de la police.

La déflagration a endommagé des vitrines de magasins et des voitures et fait voler en éclats des vitres dans le quartier des affaires, peu avant l’heure de pointe du matin.

Le ministère est situé au-dessus d’une succursale de la poste sur la place Syntagma, dans le centre-ville d’Athènes, à une centaine de mètres du parlement. Les bureaux étaient fermés au moment de l’explosion.

"Selon les premières constatations l’explosion est due à un engin artisanal posé devant le ministère", a déclaré une porte-parole de la police. "Deux personnes ont été légèrement blessées."

Une source policière a déclaré par la suite que la bombe avait été placée sur une moto garée près du bâtiment.

On ignore dans l’immédiat qui est à l’origine de cet attentat.

Selon la police, un journal grec a reçu une demi-heure environ avant l’explosion deux appels téléphoniques annonçant qu’un engin explosif avait été posé près du ministère de l’Economie.

DEUX MISES EN GARDE

"Il y a une bombe devant le ministère de l’Economie et ce n’est pas une blague", a déclaré le premier correspondant, qui a contacté le quotidien Eleftherotypia à 02h40 GMT, soit 27 minutes avant l’explosion.

Il s’agit du deuxième attentat à la bombe en six mois contre un bâtiment du gouvernement. En juin, un groupe rebelle, "Lutte révolutionnaire", a posé une bombe au ministère du Travail, au centre-ville également. La déflagration n’avait pas fait de blessés mais causé d’importants dégâts.

Quant à l’explosion de lundi, la police, qui avait déclaré dans un premier temps qu’elle était due à une bombe composée d’une dizaine de bonbonnes de gaz de taille moyenne, a fait savoir par la suite qu’il s’agissait en fait d’un engin déclenché par un minuteur.

"Les bonbonnes retrouvées près du site ne sont pas liées à l’explosion mais à un chantier", a expliqué une source policière.

La police juge cette bombe plus puissante que les engins utilisés en Grèce, ces dernières années, par des groupes radicaux. Mais des responsables interrogés à ce sujet n’ont pas voulu se prononcer sur un possible lien entre cette explosion et le procès en appel de 15 membres du 17-Novembre, groupe rebelle d’extrême-gauche.

Suivant
Imprimer l'article