Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Belgique - Nuit d’émeute à la prison d’Andenne
(Le 19 novembre 2009)

ANDENNE - Une émeute a éclaté à la prison d’Andenne mardi soir. Après avoir appris les violences commises par des policiers à Forest, environ 200 détenus ont refusé de regagner leurs cellules et ont saccagé plusieurs sections de l’établissement. La tension était vive cette nuit à la prison d’Andenne. Après les activités du soir, environ 200 détenus ont refusé de réintégrer leurs cellules. Ils protestaient contre les faits de violence exercés par des policiers sur des détenus à Forest. Plusieurs sections de la prison ont été saccagées, a indiqué ce mercredi matin René Legros, délégué syndical CSC. Selon le délégué syndical, il s’agissait au départ d’un mouvement de mauvaise humeur pacifique. Mais la situation a rapidement dégénéré et les agents pénitentiaires ont dû faire appel à la police fédérale pour calmer les détenus.

Appel à la police fédérale Plusieurs patrouilles ont en effet été dépêchées vers la prison. Des renforts de la police de Namur et une quarantaine de policiers venus de Bruxelles, dont une équipe de la DSU, l’escadron spécial de la police fédérale, sont intervenus. Selon la radio Bel RTL, le calme n’est revenu que vers 3h30 du matin, les détenus ayant vraisemblablement négocié leur retour en cellules.

Le directeur de l’établissement pénitentiaire ajoute encore que le mouvement des détenus s’est résolu progressivement jusqu’à un retour au calme à 01h00. Il aura cependant fallu l’intervention de la police fédérale vers 02h00 pour faire rentrer la dernière section composée d’une vingtaine de détenus. "Ce soulèvement est de toute évidence une réaction épidermique des détenus en relation immédiate avec les événements de Forest. Mais, actuellement, tout est rentré dans l’ordre", a finalement souligné M. Delchevalerie.

17.11.2009 www.rtlinfo.be

Suivant
Imprimer l'article