Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Anderlecht (Bruxelles) : émeute contre les tortures des matons, un comico incendié
(Le 20 novembre 2009)

Anderlecht (Bruxelles) : émeute contre les tortures des matons, un comico incendié

Vendredi soir, la tension était vive à Bruxelles dans la zone de police de Bruxelles-Midi. Pour venger certains détenus de la prison de Forest, des incidents ont éclaté. Des jeunes ont incendié le commissariat d’Anderlecht. Les renforts policiers resteront mobilisés durant le week-end.

Vendredi, la police de la zone Bruxelles-Midi (Forest, Saint-Gilles, Anderlecht) avait mobilisé des renforts après avoir eu connaissance de messages haineux circulant par GSM. Ces craintes de violences étaient fondées. Vers 19h, un cocktail Molotov a été jeté contre le commissariat situé juste en-dessous de la maison communale. Les pompiers ont aisément éteint le début d’incendie et les jeunes ont été dispersés.

Les bandes se seraient réunies notamment place de la Vaillance et près de la station de métro Aumale, avant de se disloquer et de se reformer ailleurs. Les émeutiers ont brisé les vitres de voitures et saccagé des cabines téléphoniques. Le commissariat serait assez fortement endommagé, selon la police de Bruxelles-Midi. Les renforts policiers resteront mobilisés durant le week-end.

Les jeunes attaqueraient la police pour "venger" les détenus agressés à la prison de Forest. Ces émeutes seraient liées à l’affaire de maltraitances et humiliations raciales présumées de détenus à la prison de Forest par des policiers de la zone, a indiqué ce vendredi la porte-parole de la police locale, Fanny Wellens. "La police a appris que des sms diffusant des messages de haine circulaient", a déclaré la porte-parole de la police de Bruxelles-Midi. "Ces sms circulent parmi les jeunes à l’école. Nous ne savons pas jusqu’à quel point nous devons les prendre au sérieux", a-t-elle ajouté. La porte-parole de la police ne pouvait pas indiquer le nombre de policiers supplémentaires qui seront déployés au cours du week-end.

Des policiers de la zone de Bruxelles-Midi sont mis en cause pour avoir maltraité des détenus de la prison de Forest, les 22 septembre et 30 octobre derniers, lors de grèves des gardiens de l’établissement. La Commission de surveillance de la prison dénonce des faits de tortures, de traitements dégradants, et d’insultes islamophobes.

Les deux inspecteurs principaux, qui avaient en charge la supervision du personnel policier déployé au sein de la prison de Forest, ont été provisoirement suspendus. Cette décision est intervenue à la suite de l’ouverture d’une enquête judiciaire et disciplinaire.

20.11.2009
http://www.rtlinfo.be/info/votre_region/bruxelles/288053/violences-a-anderlecht-des-jeunes-incendient-le-commissariat

*********

Bruxelles - Menaces de mort contre des flics

BRUXELLES Des policiers de la zone Bruxelles-Midi ont été menacés de mort à la suite du rapport faisant état de maltraitance au sein de la prison de Forest et des émeutes à Anderlecht, rapporte mardi Het Laatste Nieuws.

Les menaces lancées contre un policier sont tellement graves qu’il ne peut désormais plus faire que du travail de bureau et doit garder son arme sur lui 24 heures sur 24.

Selon plusieurs agents de la zone, les émeutiers avaient deux objectifs : incendier le commissariat de Cureghem et tuer cet inspecteur de quartier. "Ils ont réussi le premier point. Maintenant, c’est au tour du collègue", disent-ils.

C’est un rapport de la Commission de surveillance sur les agissements de certains policiers à la prison de Forest qui a mis le feu aux poudres. Les agents auraient en effet notamment frappé plusieurs détenus. "Ce rapport n’est que pure idiotie", affirment deux policiers de la zone suspectés de graves faits de violence.

Les agents ont, depuis ce rapport et après les émeutes à Anderlecht, reçu des menaces de mort. "Dans notre zone, c’est la guerre. On craint pour notre vie", insistent-ils.

http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/290185/des-policiers-de-bruxelles-midi-menaces-de-mort.html

Suivant
Imprimer l'article