Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Séville : molotovs contre le consulat du Chili
(Le 27 décembre 2009)

Séville : molotovs contre le consulat du Chili

Jeudi 24 décembre au matin, nous avons lancé deux cocktails molotov contre le consulat du Chili à Séville.

Il y a quelques jours, les compagnons Freddy Fuentevilla et Marcelo Villaroel ont été extradés vers le Chili depuis la prison argentine de Neuquen, où ils été enfermés après une condamnation pour port d’arme de guerre ; au Chili, ils font face à la répression de l’Etat et à l’emprisonnement pour leurs actions révolutionnaires et des expropriations.

Cette attaque s’inscrit dans le cadre de la semaine de lutte internationaliste appelée par Gabriel Pombo Da Silva depuis la prison d’Aachen (Allemagne), qui a commencé le 18 décembre à travers une grève de la faim suivie par quelques compagnons prisonniers dans différents Etats, à qui nous dédions l’action, pour leur libération.

Pendant que les citoyens, étrangers à cette réalité, se félicitent pour une nouvelle année de consommation débridée et de misère capitaliste, nous qui n’avons rien à célébrer mais beaucoup à détruire, saisissons l’occasion pour jeter deux cocktails molotov, l’un à l’intérieur de l’édifice et en faisant éclater l’autre contre la porte principale en bois, nous ignorons les dommages causés. Un message clair fut inscrit sur les murs à l’intention de l’Etat Chilien : LIBERTE POUR FREDDY ET MARCELO.

Avec cette action nous ne prétendons à rien d’autre qu’à la confrontation directe avec l’ennemi, en utilisant les moyens que nous avons à notre portée, et en continuant le chemin que beaucoup d’autres ont déjà emprunté. Comme Marcelo Villaroel l’a crié tandis que les bourreaux de l’état le conduisaient à l’extradition :

Tant qu’il y aura de la misère il y aura de la révolte. La subversion peut dormir, mais ne disparaîtra jamais.

Pour Freddy, Marcelo, Pombo, Amadeu, Tamara et tous les autres qui continuent la lutte.

Traduit de l’espagnol de Klinamen.org, 26 de Diciembre del 2009 16:07

Suivant
Imprimer l'article