Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Bergame : Vandales contre les banques, trois nouveaux assauts
(Le 21 décembre 2005)

Vandales contre les banques, trois nouveaux assauts

Vitrines en éclats à coup de masse comme en novembre dernier.

BERGAME - Les voyous qui depuis plus d’un mois ont pris pour cible les vitrines de banques sont retournés en action. Au cours de la seule nuit de mercredi à hier, trois instituts de crédit de la ville et de la région ont été assaillis. A Bergame, les vitrines de la Banca Popolare, située via Corridoni (à l’angle de la rue via Leone XIII), et celles d’une agence d’Unicredit, toujours rue Corridoni, sont parties en éclats. Les voyous ont poursuivi leur raid jusqu’à la rue Torre Boldone, où ils se sont acharnés contre les bureaux d’une filiale de la Banca Intesa. Vu le temps très restreint dans lequel se sont déroulés les trois épisodes, il n’y a pas de doute que "les mains" soient toujours les mêmes.

Les enquêteurs sont quasi certains que l’exploit des vandales de l’autre nuit soit lié avec les épisodes de mi-novembre. Le 13 novembre en particulier, le distributeur de billet de la Banca Intesa de Nembro avait été pris pour cible à l’aide de deux bomba carta [gros pétards] et de coups de masse. En ruine, la même nuit, les vitres de la Banca Popolare de Bergamo. Ces assauts s’étaient déroulés à quelques heures de distance d’une manifestation d’anarchistes devant la prison de la via Gleno, qui avait culminé par de violents affrontements avec les forces de l’ordre. Les incidents portèrent à l’incarcération de 14 personnes et à la mise en examen de 12 autres. Même si pour l’heure il n’y a pas de preuve et qu’il n’y a pas eut de revendication, les enquêteurs ont toujours pensé à un lien direct entre les affrontements (et les incarcérations successives) et les raids de vandales.

Pour les trois actions de la nuit dernière, les carabiniers sont en train de chercher des témoins mais comptent aussi sur l’aide de la vidéo-surveillance implantée dans les banques visées.

Corriere.it, Venerdì, 23 Dicembre 2005 - 11:04

Suivant
Imprimer l'article