Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Diverses brèves espagnoles de ce début d’année
(Le 5 janvier 2010)

31 décembre, trois attaques contre les flics pour la nouvelle année

* St Jacques de Compostelle : " La nuit du 31 décembre, nous avons attaqué deux commissariats de St-Jacques de Compostelle, une façon bien particulière de fêter ce début d’année. Nous avons placé deux bombes incendiaires, l’une contre une fourgonnette et l’autre contre une voiture garées devant le commissariat de la police municipale (à côté de l’Obradoiro), et un autre engin contre le commissariat de la police nationale rue Pitelos.
Vengeance pour Tamara, vengeance pour la grève de la faim des prisonniers anarchistes (Gabriel, Marco ...), vengeance pour les arrestations de nos compagnes grecques,vengeance parce que oui, vengeance pourquoi pas ? Les véhicules ont subi de gros dégâts, une peine que le mauvais temps n’aidera pas à améliorer. Nous sommes en train d’abandonner notre peur."

* Madrid : "Hier, le 31 décembre 2009 à 23h50, nous avons placé un engin incendiaire avec retardateur sur la place La Remonta, à côté du commissariat de police. L’attaque vise directement les corps répressifs de l’état, qui depuis quelques mois ont augmenté la répression.
Cette machine a uniquement été placée comme avertissement. Et elle ne signifie rien de plus qu’un exemple ce qu’il pourrait se passer.
Toute répression engendre des attaques contre elle ! Détruisons l’Etat, commençons avec ses gardiens !"

* Barcelone : "Nous avons commencé l’année de la meilleure façon possible : en attaquant le syndicat de flics situé rue Bruc, en plein centre de la ville de Barcelone. Nous avons utilisé un engin incendiaire, qui a causé des dommages à la porte de l’édifice. Les dommages que nous leur causons seront toujours minimes comparés à la haine que nous leur portons.
Nous saluons avec cette action tous les compagnons et compagnes prisonniers en lutte, les clandestins et tous ceux qui combattent le capital.
Que la "fête" continue.
Des Anonymes, 1er janvier 2010."

Source

1er janvier, St-Jacques de Compostelle : action contre la Caixa en solidarité avec les prisonniers en lutte

La nuit du premier janvier, les vitres d’une succursale de la Caixa catalana ont été pétées en mémoire de Xosé Tarrío et en solidarité avec Amadeu Casellas et tous les prisonniers en lutte.

Cette banque est une des pierres angulaires pour les intérêts économiques de la bourgeoisie catalane et la Generalitat.

Ils ne nous arrêterons pas.

Xosé Tarrío vit dans chaque acte de révolte. Liberté pour Amadeu Casellas.

Source

5 janvier, Bilbao : attaque contre la Caixa, en mémoire de Xose Tarrio et en solidarité

Les baies vitrées d’une succursale de la Caixa, l’un des responsables et bénéficiaires directs de la répression, par ses profits aux dépends de la misère des personnes emprisonnées, ont été brisées.
Une action pour les prisonniers qui ont mené une grève de la faim durant les dernières semaines, pour tous les prisonniers qui font éclater leur rage à l’intérieur des ténèbres de la prison, pour la mémoire de Xose Tarrio, pour Axel et Tamara, arrêtés dernièrement, et parce qu’ils n’éteindront pas les scintillements rebelles de ceux qui ne baissent pas la tête.

Pour la mort de la domination, pour la vraie liberté, pour l’anarchie.

Source

Suivant
Imprimer l'article