Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Des briseurs de vitres en série sévissent à Quimper
(Le 17 janvier 2010)

Des briseurs de vitres en série sévissent à Quimper

Ouest France, mardi 12 janvier 2010

Plusieurs magasins ont eu leurs vitrines brisées ce week-end, dans l’est de la ville et à Briec. Beaucoup de dégâts. Le préjudice pourrait avoisiner les 70 000 €. Rien n’a été volé. Dans cette histoire, seuls les vitriers ont le sourire.

De nombreuses vitrines de magasins ont été brisées dans la nuit de samedi à dimanche, dans l’est de Quimper et à Briec. À chaque fois, le même scénario : les propriétaires ont découvert les dégâts le dimanche matin, parfois des trous assez gros pour permettre le passage d’un homme. Mais aucun vol n’a été constaté nulle part.

« C’est gratuit, du vandalisme bête et méchant, ne décolère pas Michel Cadiou, propriétaire de Peinture et Revêtements de Cornouaille (PRC), une des enseignes visées, rue de Brest. Mais ce sont des gens qui savent ce qu’ils font. Ils donnent un coup par vitrine et s’en vont. Chez nous, il y en a pour 25 000 € de dégâts ! »

« Des gens qui savent ce qu’ils font »

Au total, une cinquantaine de vitrines ont été brisées dans cinq commerces, vraisemblablement à la fin de la nuit de samedi : onze baies vitrées chez Peinture et Revêtements de Cornouaille ; dix chez Ambiance et cuir, route de Coray, dans la zone de l’Hippodrome ; quatre au garage Mercedes à côté ; la porte d’entrée et deux grandes fenêtres au bistrot du Rouillen ; trois baies vitrées au siège d’Hyperburo dans la zone artisanale et commerciale du Petit-Guelen ; huit fenêtres dans un bâtiment abritant une plateforme téléphonique à côté ; plusieurs portes vitrées à la Maison du Peintre, route de Rosporden ; quelques vitres à l’Intermarché de Briec...

Vu les distances entre les différentes enseignes, le ou les auteurs se déplacent certainement avec un véhicule motorisé, empruntant la voie express (Nationale 165). Tout laisse présager qu’ils n’en sont pas à leur coup d’essai. Le week-end d’avant, Carrefour Market (au Rouillen), Hyperburo, la Maison du peintre et l’Intermarché de Briec avaient déjà été vandalisés.

« Aucune trace »

« Deux fois en deux week-ends, ça commence à bien faire, peste Lionel Joly, un des responsables d’Hyperburo. Sur notre bâtiment (comprenant le siège d’Hyperburo et une plateforme téléphonique), il y en a pour 22 000 € de dégâts. »

Le préjudice total pourrait avoisiner les 70 000 €. Plusieurs commerçants ont porté plainte. Une enquête est en cours. « Le problème, c’est qu’il n’y a aucune trace », regrette Michel Cadiou. La caméra de Carrefour Market n’a rien enregistré de particulier le week-end des 2 et 3 janviers. Ailleurs, il ne semble pas y avoir beaucoup de pistes non plus.

« D’après les policiers, il pourrait s’agir d’une divagation de fin de soirée », relate Alain Le Meur, le gérant d’Ambiance et cuir.

Suivant
Imprimer l'article