Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Val Susa : 20 000 manifestants contre le TAV
(Le 23 janvier 2010)

Italie : manifestation anti-LGV

AFP, 23/01/2010 | Mise à jour : 17:36

Plusieurs milliers de personnes ont défilé aujourd’hui à Suse, près de la frontière entre l’Italie et la France, pour protester contre la construction de la ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin au milieu de la vallée homonyme, ont indiqué les médias italiens.

"Nous sommes au moins 20.000 et nous serions encore plus nombreux si la police ne ralentissait pas la circulation à Bussoleno", a affirmé aux journalistes Alberto Perino, chef de file du mouvement No Tav (non au TGV). Les autorités n’ont pas fourni de chiffres sur la participation mais la manifestation a été suivie par des milliers de personnes, selon les images des télévisions italiennes.

La France et l’Italie avaient signé en 2001 l’accord pour la construction de cette ligne, jugée stratégique pour le réseau européen. Elle raccourcira la durée du trajet entre Paris et Milan à 4 heures contre 7 et pourrait permettre d’ôter de la route de 600.000 à 1 million de camions par an. Son coût total est estimé à plus de 15 milliards d’euros, dont une partie financée par l’UE. Le creusement de l’ouvrage principal, un tunnel de 58 km de long dont 12 km en Italie, doit démarrer en 2013 pour une mise en service vers 2023.

La ligne Lyon-Turin suscite une forte opposition en Italie en raison de l’étroitesse de la vallée qui mène au tunnel du Fréjus, et de son impact sur l’environnement. La population de la Vallée de Suse s’était opposée par la force en décembre 2005 à l’ouverture du chantier de percement du tunnel. Des forages du sous-sol ont eu lieu ces dernières semaines pour permettre à l’Observatoire du gouvernement d’indiquer avant le 31 janvier les options pour le tracé de la ligne.

Suivant
Imprimer l'article