Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Val Susa : Heurts entre opposants au TGV Lyon-Turin et la police italienne, trois blesséEs, dont un compagnon anarchiste dans un état grave
(Le 18 février 2010)

Heurts entre opposants au TGV Lyon-Turin et la police italienne

LEMONDE.FR avec AFP | 18.02.10 | 08h48

Des affrontements entre des opposants au TGV Lyon-Turin et la police ont fait quatre blessés dont un grave, mercredi soir lors d’une manifestation contre des sondages de terrain.

Environ 300 protestataires ont tenté d’empêcher l’avancée de la foreuse à Coldimosso, dans la vallée de Suse, non loin de Turin. Des manifestants ont lancé pierres et morceaux de bois contre les forces de l’ordre qui les ont dispersés en chargeant et avec des grenades lacrymogènes. Au cours des heurts, deux policiers ont été blessés ainsi que deux protestataires, dont un jeune anarchiste qui se trouve dans un état grave pour un hématome cérébral. Après des premiers soins à Suse, il a été transporté à Turin. L’autre manifestant blessé est une femme d’une quarantaine d’années, soignée pour des blessures reçues à la tête et au nez.

C’est la première fois que des affrontements graves entre police et manifestants ont lieu depuis le lancement, en janvier, de sondages géologiques destinés à élaborer le tracé de la future ligne ferroviaire à grande vitesse entre Turin et Lyon. A la mi-janvier, des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté contre ce projet.

Le porte-parole de la Fédération de la gauche, Paolo Ferrero, a dénoncé un "passage à tabac sauvage et honteux des forces de l’ordre contre le mouvement Non au TGV de la vallée de Suse", sur le site Internet du journal Corriere della Sera.

La France et l’Italie ont signé en 2001 un accord pour la construction de la ligne de TGV Lyon-Turin, jugé stratégique pour le réseau européen. Elle raccourcira le trajet entre Paris et Milan à 4 heures contre 7 mais suscite une forte opposition en Italie en raison de l’étroitesse de la vallée qui mène au tunnel du Fréjus, et de son impact sur l’environnement.

********

Val Susa. Trois blesséEs, un grave. Charges et blocages

Indy Grenoble (+ amélioration de la traduction), jeudi 18 février 2010

Cronique de derniers jours de la lutte No-Tav entre Turin, Susa et Chianocco. Les charges di Coldimosso - les trois blesséEs - les blocages des routes et des autoroutes. Les prochains rendez-vous.

A CEUX QUI VEULENT PERCER LA VALLEE, LA VALLEE REPOND RESISTANCE !

Mardi 16 février vers minuit. Cette fois on y est presque. La foreuse [pour les sondages géologiques] placée à Coldimosso de Susa, au dessous du passage supérieur de l’autoroute, a été interceptée par les No-Tav. Elles-ils étaient en alerte depuis des heures et elles-ils ont presque réussi à la précéder. La police matraque les premier-ères manifestantEs arrivéEs sur place afin de les disperser. En suite les No-Tav assiègent le lieu pendant des heures. Les manifestantEs ont tiré des boules de neige et des sachets pleins d’eau sur les flics et les ouvriers de la foreuse. En même temps ces derniers continuaient à changer la position de la foreuse. Le matin suivant sur le web-site du quotidien de droite « La Stampa » on peut lire les habituelles faussetés : les boules de neige deviennent des cailloux, l’eau devient de l’urine.

Mercredi 17 février, 17h00. Les No-Tav se retrouvent à l’occupation de l’autoport à Susa et elles-ils décident de se promener jusqu’à la foreuse. En même temps à Turin une cinquantaine de No-Tav se sont données rendez-vous à la gare de Porta-Susa pour tenir un stand informatif. La gare est blindée. Le cortège parti de l’autoport arrive à la foreuse. Quelques boules de neige volent et la police charge à plusieurs reprises. Les charges sont féroces. Celles-ceux qui tombent sont massacréEs. Un mec, Simone, est frappé plusieurs fois, il tombe. Les flics s’acharnent sur lui désormais à terre. Il vomit du sang, il ne réussit plus à bouger ses jambes. A une femme ils cassent le visage, une fille subit de nombreuses blessures à la tête. Beaucoup d’autres manifestantEs ont des contusions. Un No-Tav crie aux flics qu’ils se sont acharnés sur Simone, et eux répondent : « Oui, celui-ci ont le connaît ». C’est normal : Simone est anarchiste et les anarchistes sont facilement l’objet de l’acharnement de la police et de l’Etat.

Les trois blésséEs sont portés à l’hôpital de Susa. La femme est opérée d’urgence, la fille est recousue, mais la situation du mec blessé est plus grave. Il a une hémorragie cérébrale, il ne sent plus ses jambes, il vomit. On décide de le transférer à l’hôpital Molinette de Turin. La nouvelle des tabasséEs circule rapidement. Le rendez-vous est fixé au carrefour de Chianocco. Les No-Tav bloquent des routes importantes et l’autoroute. Quand la nouvelle qu’une ambulance est en train de parcourir l’autoroute pour porter un blessé grave à l’hôpital, les manifestantEs s’enragent. Elles-ils commencent à hurler contre les flics qui décident de s’enfuir. Une patrouille de flics est interceptée sur la nationale 25 et elle est bloquée. L’indignation contre ce qui s’est passé est énorme. La police tire des lacrymogènes sur la foule avant de partir. Les blocages terminent vers minuit trente.

Simone arrive à l’hôpital des Molinette, mais là non plus il n’est laissé tranquille. La Digos entre dans sa chambre. Ses camarades et ses amiEs les chassent énergiquement et elles-ils appellent l’avocat. Le nouveau scanner montre que ses conditions restent graves, mais stables. CertainEs No-Tav décident de bloquer la sortie des camions qui transportent les copies du journal “La Stampa”. Elles-ils abandonnent l’endroit une heure plus tard quand la police débarque.

A Condove, en janvier, la police avait cassé le bras de Maurizio, un No-Tav qui contestait la foreuse ; la semaine dernière, la police avait déjà matraqué les manifestantEs, mais à Coldimosso elle s’est vraiment déchainée. Dans ces heures d’attente et d’angoisse pour le camarade blessé, nous savons encore mieux ce qu’on savait déjà. Les seigneurs du Tav et leurs serviteurs en uniforme ne s’arrêtent devant rien. Les longues heures de blocage dans la vallée sont la réponse d’un mouvement qui résiste et qui ne se fait pas intimider par la violence légalisée des hommes en uniforme.

Prochains rendez-vous jeudi 18 février à 11h, devant la RAI en via Verdi. Mercredi 24 février à 17h, devant la siège de “La Stampa” en via Roma

Suivant
Imprimer l'article