Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Bruxelles : déambulation contre les centres fermés et leur monde
(Le 22 février 2010)

déambulation contre les centres fermés et leur monde (Bruxelles)

Cemab, by un balladin du dimanche Monday, Feb. 22, 2010

petit apercu d’une ballade contre les centres fermés, l’enfermement et pour un monde sans frontières

Aujourd’hui vers midi, quelques dizaines de personnes se sont rassemblées sur la place du jeu de balle (Bruxelles).

Le temps de dérouler la banderole qui disait "centres fermés, prisons - dedans comme dehors vive la révolte" et les voilà parties en déambulation à travers les rues du quartier des marolles. Dans le mouvement, des équipes collent des affiches, d’autres crient des slogans, certaines personnes écrivent sur les murs tandis que la situation créées permet au reste de la troupe de distribuer des tracts dans un contexte ouvert à la discussion.

Différents tracts ont été distribués, notamment un qui s’intitulait "beau comme des centres fermés qui flambent..." dans lequel on pouvait notamment retrouver un passage sur les récentes arrestations en France de camarades accusés de s’être attaqués à la machine à expulser en sabotant de diverses manières des distributeur d’argent appartenant à des banques ayant balancé des sans-papiers.

Petite interruption du quotidien en plein centre de Bruxelles ouvrant quelque peu l’espace pour reposer la construction de ce centre sur l’espace public, et mettant en avant la possibilité de résister aux politiques et au monde qui en a besoin.

C’était simple, c’était chouette. Ces gestes ne demandent qu’à être multipliés sous diverses formes. En tout cas, nous, on reviendra !

Suivant
Imprimer l'article