Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Mystérieuse vague d’incendies dans des agences ANPE
(Le 28 janvier 2006)

Mystérieuse vague d’incendies dans des agences ANPE

L’ANPE serait-elle victime d’incendies en série ? En quelques semaines, six agences ont brûlé : Toulouse Lespinet, Rennes Sud, Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire), Caen Centre, Limoges Ventadour, Lille Hellemmes, et six autres ont été victimes de tentatives d’incendie : Paris Jaurès, Dijon Corroyeurs, Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), Perpignan Kennedy, Pau Université et Cenon (Gironde).

Selon la direction générale de la police nationale, « rien ne permet de dire qu’il y ait un lien entre ces différentes affaires », mais l’enquête est « assurée au niveau central ». L’essentiel des informations a été révélé par le syndicat SUD-ANPE, qui a précisé qu’il s’agissait « d’un bilan provisoire ». Jeudi, la direction de l’ANPE avait confirmé quatre incendies, certains d’origine criminelle, dont trois cette semaine. La réserve quant à une action coordonnée vient du fait que des tentatives ont eu lieu pendant les violences urbaines de fin octobre-début novembre.

par Fabrice TASSEL Libération : samedi 28 janvier 2006

**********

Une série d’incendies dans les antennes ANPE soulève l’inquiétude des syndicats

LEMONDE.FR | 27.01.06 | 18h35 • Mis à jour le 27.01.06 | 20h44

Dix ANPE de différentes régions viennent d’être brûlées : Toulouse-Lespinet, Rennes-Sud, Saint-Cyr-sur-Loire, Caen-Centre, Limoges-Ventadour et Lille-Hellemmes", a indiqué, vendredi 27 janvier, le syndicat SNU-ANPE (majoritaire) dans un communiqué. "Il y a eu également des tentatives d’incendie contre les ANPE Paris-Jaurès, Dijon-Corroyeur, Brie-Comte-Robert, Perpignan-Kennedy, Pau-Université et Cenon", a-t-il ajouté.

Le SNU-ANPE a indiqué disposer de ce "bilan provisoire" grâce aux "remontées de province". Et s’appuie sur ces chiffres pour demander une protection et un meilleur soutien pour les employés des agences. La veille, le directeur général de l’agence pour l’emploi s’était rendu à Caen sur le site d’une agence incendiée et avait évoqué à cette occasion une vague de feux aux origines inconnues frappant les agences ANPE : l’un à Rennes, en novembre, puis trois dans la semaine écoulée (Toulouse, Saint-Cyr-sur-Loire, Caen). A cela s’ajoute le feu qui a pris dans un bâtiment hébergeant l’antenne Assedic de Lens dans la nuit du 16 au 17 janvier.

L’INFLUENCE DES ÉMEUTES DE NOVEMBRE

Toute la question est désormais de déterminer l’origine de cette "série" d’incendies, dont la nature criminelle n’est pas avérée. Une source policière soulignait hier que les modes opératoires étaient différents.

Détail d’importance, le SNU-ANPE a précisé que l’incendie de Lille-Hellemmes avait eu lieu le 12 novembre, au moment où des émeutes agitaient les banlieues françaises. Les tentatives qui ont visé les antennes de Paris-Jaurès, Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne) et Cenon (Gironde) ont également eu lieu en novembre, a-t-il ajouté. Par ailleurs, l’incendie de Limoges, le 2 janvier, aurait des causes "accidentelles", a précisé le syndicat.

Une source policière a affirmé comme hier que "rien ne permet de dire qu’il y ait un lien entre ces différentes affaires". Les enquêtes vont être coordonnées par la direction générale de la police nationale (DGPN). La piste criminelle ne serait réelle qu’à Rennes et à Lens, selon les enquêteurs. Elle serait probable à Saint-Cyr-sur-Loire. Le cas de Toulouse resterait encore flou.

L’ANPE "BOUC ÉMISSAIRE" ? Du côté des syndicats, les interprétations divergent : pour le SNU-ANPE, "c’est à l’heure où le suivi mensuel des chômeurs commence à se mettre en œuvre, où le gouvernement a décidé d’un durcissement notoire des textes contrôlant les chômeurs, que ces événements éclatent". "Dans les agences locales, on sent nettement le climat se durcir", affirme le syndicat, qui estime qu’"une fois de plus, l’ANPE joue un rôle de bouc émissaire".

La même analyse prévaut pour la fédération SUD-ANPE, qui estime que s’il se révèle que des chômeurs en sont à l’origine, ces incendies "seraient le résultat des politiques gouvernementales" : "Les mesures coercitives, l’absence de réponses sociales à la misère, la précarité et le chômage sont le terreau de cette colère."

L’UNSA-ANPE dénonce par contre les "positions simplistes, souvent inspirées par des considérations idéologiques" sur les incendies d’agences ANPE, considérant "impossible" d’en attribuer la cause au contrôle accru et au suivi mensuel des chômeurs. "Le suivi mensuel personnalisé a commencé à se mettre en place au début du mois de janvier et concerne actuellement très peu de demandeurs d’emploi. Il n’est donc pas possible de considérer que ce suivi est à l’origine des incendies d’agences locales", affirme l’UNSA dans un communiqué.

Suivant
Imprimer l'article