Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Nantes : Plaintes après des tags anarchistes sur des églises
(Le 3 mars 2010)

Plaintes après des actes de vandalisme sur des églises

AFP, 02/03/2010 | Mise à jour : 18:01

La ville de Nantes a décidé de porter plainte à la suite d’actes de vandalisme perpétrés à quelques jours d’intervalle contre deux églises catholiques de la ville.

Le député maire PS de Nantes Jean-Marc Ayrault "condamne fermement les actes de vandalisme perpétrés contre la basilique Saint-Donatien et l’église Saint-Clément de Nantes et assure la communauté chrétiennne et l’ensemble des communautés religieuses de son soutien et de sa fermeté face à des actes de violence et de provocation envers les lieux de culte".

Le slogan "Brûle ton église" avait été peint dans la nuit de vendredi à samedi sur une des portes de la basilique Saint-Donatien. La porte principale, elle, avait été recouverte d’un A majuscule entouré d’un cercle, symbole de l’anarchie. D’autres inscriptions, telles que "ni Dieu ni maître" ou "les curés au bûcher, les sorcières en liberté", étaient également apparues la même nuit, à quelques mètres de là, sur le portail et le mur d’enceinte du lycée catholique Saint-Donatien.

Deux jours plus tôt, d’autres dégradations avaient été commises dans l’église Saint-Clément. Entre dix et quinze chaises avaient été cassées, la main d’une statue avait été brisée et une des quatorze stations du chemin de croix a été volée.

**********

La mairie porte plainte

Presse Océan, 3 mars 2010

Cette plainte s’ajoute à celles déjà déposées par le curé de la paroisse et la direction du lycée Saint-Donatien.

Le communiqué a été posté hier après-midi sur le site Twitter. Jean-Marc Ayrault y annonce l’intention de la Ville de porter plainte pour vandalisme après les dégradations commises jeudi dernier dans l’église Saint-Clément, puis dans la nuit de vendredi à samedi contre la basilique Saint-Donatien et le lycée catholique voisin (lire nos éditions d’hier). Cette plainte s’ajoute à celles déjà déposées au commissariat par le curé de la paroisse Saint-Donatien et la direction de l’établissement scolaire.

Le député-maire de Nantes « condamne fermement ces actes de vandalisme [...] et assure la communauté chrétienne et l’ensemble des communautés religieuses de son soutien et de sa fermeté face à ces actes de violences et de provocation envers des lieux de culte ».

Jeudi, en pleine journée, une douzaine de chaises avaient été cassées dans l’église Saint-Clément. La main d’une statue de Saint-Pierre avait été brisée. Et une des quatorze stations du chemin de croix a été dérobée. Les portes de la basilique et les murs du lycée Saint-Donatien, eux, ont été largement tagués d’un A majuscule entouré d’un cercle, symbole de l’anarchie, et de slogans anticatholiques : « Brûle ton église », « Ni Dieu, ni maître », « Les curés au bûcher, les sorcières en liberté ». Quatre jeunes ont été interpellés samedi, un peu avant 3 h du matin, rue du Coudray. Ils sont soupçonnés d’être les auteurs de ces dégradations. « Ces actes odieux sont inqualifiables et ne peuvent pas être tolérés dans un État de droit », poursuit Jean-Marc Ayrault.

« Combat contre l’ignorance »

Les services de la Ville et de Nantes Métropole sont intervenus lundi matin pour nettoyer ces inscriptions haineuses. « La République française est une République laïque. [...] Elle assure la liberté de conscience et garantit la liberté de culte dans le respect de toutes les croyances. Ces principes sont intangibles et nous appellent sans cesse au combat contre l’ignorance et les extrémismes de tous bords qui remettent en cause l’esprit de concorde et la volonté de vivre ensemble auxquels les Nantais sont particulièrement attachés », insiste le député-maire.

Suivant
Imprimer l'article

Nantes, 2 mars 2010 : Le mur du lycée catholique Saint-Donatien, situé à quelques mètres de la basilique