Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Bruxelles - Beaucoup d’attaques contre les nouveaux portiques de metro
(Le 16 mars 2010)

VANDALISME Les portiques - ou portillons - automatiques de la Stib (bus, tram, metro à Bruxelles) n’ont pas encore freiné leur premier contrevenant qu’ils sont déjà la cible de vandales de tous poils.

“Nous avons remarqué que le problème avait pris une ampleur certaine au courant du mois dernier” , note le porte- parole de la Stib, Jean-Pierre Alvin. “Mais il est concentré sur deux ou trois stations. Nous avons du remplacer une demi-douzaine de vitres au total” , précise encore le porte-parole de la société des transports intercommunaux.

Une autre source interne, mais non officielle, de la Stib estime que “la réalité est pire” que ce qu’annonce la voix officielle . “Les stations Pannenhuis, Stockel, Kraainem, Gare de l’Ouest, Ribeaucourt et j’en passe ont été vandalisées. Dans certains d’entre elles, les vandales ont saccagé l’ensemble du dispositif. Nous avons dû tout remplacer. Ce phénomène a démarré voici deux ou trois mois.”

La direction de la Stib avait évidemment prévu ce type de dégradations. Dans sa commande, elle avait d’ailleurs prévu un stock de matériel supplémentaire. “Quasi 100 % du matériel” , avance notre Stibien. Ce chiffre est infirmé par un autre responsable de l’entreprise publique, qui rappelle que la Stib s’attendait à du vandalisme.

Elle s’est d’ailleurs référée à une étude menée dans le métro lyonnais. “À Lyon, ils ont constaté que leurs portiques étaient vandalisés, en moyenne, endéans les six mois de leur installation. Voire un an pour certaines stations plus sensibles. Une fois ce cap passé, le vandalisme diminuait largement, voire disparaissait.”

Rassurant ? Bof. La Stib ne compte néanmoins pas laisser filer les auteurs de ces actes de vandalisme gratuit. “Nos caméras ont filmé quasiment tous les incidents” , prévient Jean-Pierre Alvin. “On y reconnaît très clairement les vandales. Toutes ces données ont été transmises à la police fédérale du métro, qui mène son enquête.”

Les amendes risquent d’être très salées, la Stib fera systématiquement payer le rééquipement des stations abîmées à son auteur.

16/03/2010 http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/article/304143/les-portillons-deja-saccages.html

Suivant
Imprimer l'article