Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Feu aux centres de rétention : mise à jour après la révolte du CIE de Ponte Galeria à Rome (200 000 euros de dégât, 4 évadés, 60 transférés, 17 incarcérés...)
(Le 31 mars 2010)

Feu aux centres de rétention : mise à jour après la révolte du CIE de Ponte Galeria à Rome.

Reçu le Mar 30 mars 2010 19:45

Les nouvelles arrivent au compte-gouttes mais voilà les dernières informations sur les immigrés incarcérés qui ont pris part à la révolte de cette nuit.

La section hommes du centre a été presque totalement détruite ; il y aurait 200 000 euros de dégâts. Quatre personnes se sont évadées... on leur souhaite une bonne ballade... De nombreux détenus ont été transférés dans d’autres centres de rétention du pays, on ignore pour l’instant le nombre exact et la destination de chacun d’entre eux.

Au contraire de ce qui avait été dit plus tôt dans la journée, 17 immigrés ont été incarcérés et passeront en comparution immédiate demain matin. Un rassemblement est prévu à 8 heures et demie devant le tribunal de piazzale Clodio à Rome.

Encore une fois, les immigrés détenus dans les centres de rétention se sont révoltés contre les conditions extrêmes d’exploitation et d’enfermement auxquels ils sont soumis, contre le système infâme qui leur promet une vie de misère.

Solidarité avec les révoltés de Vincennes, de Corelli et de Ponte Galeria !

Feu aux centres de rétention !
Liberté pour tous et toutes !

******

Message reçu quelques heures avant :

Révolte au centre de rétention de Ponte Galeria à Rome.

Dans la nuit du 29 au 30 mars, il y a eu un révolte à Ponte Galeria. Tout a commencé après qu’un immigré prisonnier a été passé à tabac par les flics du centre. Selon eux, il tentait de s’évader. Ces compagnons de cellule ont commencé à incendier des matelas et autre, et ils ont défoncé 3 ou 4 portes blindées au point d’arriver au mur d’enceinte du centre. Les forces de l’ordre se sont développées de manière massive, et ont commencé à tirer de loin des gaz lacrymogènes sur les détenus, notamment sur ceux qui étaient montés sur le toit. A 3 heures du matin, ça continue, une partie des détenus est encore sur les toits, et la section homme du centre est presque totalement incendiée, et donc détruite.

Le lendemain, nous n’arrivons plus à nous mettre en contact avec les prisonniers, tous les téléphones sont éteints. Le centre de rétention n’a plus ni eau ni électricité car les fils ont été coupés et la plomberie détruite. A 11 heures et demie, nous apprenons que les détenus sont tous enfermés dans la cantine, où les keufs les divisent en 2 groupes : les bons et les méchants. Ils disent que les caméras de surveillance ont tout filmé, et que quelqu’un devra payer pour les dommages causés. Douze personnes ont été transférées et incarcérées, probablement à la prison de Regina Coeli à Rome, et devraient passer en comparution immédiate demain matin.

Pendant ce temps, des femmes nigérianes ont été expulsées ce matin. Les nouvelles qui arrivent de la section féminine sont particulières, car elles semblent n’avoir rien entendu cette nuit. Depuis quelques jours, elles se plaignaient du nombre croissant d’antidépresseurs qui leur sont distribués ou mis directement dans la bouffe de la cantine. Elles nous disent qu’elles étaient tellement shootées hier soir qu’elles ne se sont rendues compte de rien.

Solidarité avec les immigrés en lutte, en Italie et ailleurs !

Feu à toutes les prisons !

Suivant
Imprimer l'article