Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Turin : l’évasion de Nabil et un incendie au centre de rétention
(Le 25 avril 2010)

Turin : l’évasion de Nabil et un incendie au centre de rétention

18 avril : une autre évasion au centre de rétention de corso Brunelleschi. Cette fois c’est arrivé à Nabil, un des reclus transféré de Rome à Turin après la grande révolte de mars dans le CIE de la première ville, et qui se trouvait en isolement. Alors qu’ils le transféraient de module, il a réussi à passer entre les barreaux puis à dribbler les matons qui se sont mis devant lui pour l’empecher de passer. Une course et ciao, jusqu’à la sortie.

Peu avant, une soixantaine de personnes s’étaient rassemblées devant le CIE.

19 avril : A la fin, les flics ont réussi à arreter la course de Nabil. Ils l’ont repris à un arret d’autobus, puis l’ont gardé au commissariat toute la nuit avant de le ramener au centre de rétention. Par contre, cet après-midi, une quinzaine de sans-papiers enfermés ont été libérés sans explication, après des mois d’enfermement [la réetention va jusqu’à 6 mois en Italie], et avec un décret d’expulsion en poche..

20 avril : A nouveau des flammes dans le centre. Hier soir, peu après 22h, les reclus ont incendié le réfectoire de la zone blanche. Nous ne savons pas si la structure a subi des dégats, mais nous savons que cette explosion de rage n’a eu aucune autre raison particulière que l’exaspération face à la reclusion.

21 avril : 10 nouvelles libérations hier. Il semble évident que les flics veulent faire de la place, certainement pour "accueillir" un gros transfert - il parait que ce serait en provenance du CIE de Crotone (Calabre). A ce qu’il semblerait, ce serait justement la "grosse" libération de lundi après-midi qui aurait provoqué l’incendie du soir : "Pourquoi sommes-nous encore ici ?", se seraient demandés les reclus qui restent. Ces libérations ont aussi provoqué des tensions au centre de rétention de Rome, Ponte Galeria, où les reclus s’en sont pris aux matons et au personnel d’Auxilium [la boite qui gère le centre]...

Traduit de l’italien, de macerie @ Aprile 21, 2010

Suivant
Imprimer l'article