Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Bruxelles - Attaques contre les antennes d’Actiris (ANPE)
(Le 4 mai 2010)

Trois bureaux d’Actiris , le service d’emploi à Bruxelles, ont été la cible d’anarchistes, au cours du week-end. Ceux-ci ont vandalisé les antennes locales d’Evere, Berchem et Auderghem, en brisant leurs fenêtres, en collant des tracts et en taguant des slogans tels que "Vive le travail de nuit !" ou "Ne travaillez plus !".

La fête du travail aura été célébrée de manière particulière, au cours du week-end du 1er mai, par certains réfractaires du boulot. Trois antennes d’Actiris, le bureau de l’emploi à Bruxelles, ont en effet été saccagées dans la nuit de samedi à dimanche ou la suivante. Et les slogans laissés, à la peinture ou via des affiches, indiquent clairement qu’il s’agit d’actes d’un groupuscule anarchiste. A Evere, c’est le bureau situé au numéro 114 de la rue de Paris qui a été pris pour cible, à un moment indeterminé. "Il s’agit probablement de nihilistes, qui ont tagué des graffitis à la bonbonne sur la façade de l’agence et apposé deux affichetes reprenant des messages anarchistes," dit le porte-parole de la zone de police, Roland Thiébaut.

Le texte des tracts, en format A4, est éloquent : "Le travail, c’est ce que le chômeur essaye d’éviter par tous les moyens imaginables. Refusons ce chantage ! Volons, fraudons et sabotons. Foutons en l’air l’économie et changeons le monde. Pour qu’à travers notre résistance, nous puissions redécouvrir ce que respirer veut dire. Détruisons le travail." Selon Actiris, une vitre au premier étage du bâtiment d’Evere a également été brisée au moyen d’un jet de pierre. "Mais à Berchem-Saint-Agathe, ils ont été plus gentils," relève la porte-parole du service public d’Actiris. "Ils n’ont rien cassé au bureau du 1154, chaussée de Gand. Il y a un tag "Ne travaillez plus !" sur la façade et ils ont placé les mêmes tracts qu’à Evere sur les fenêtres d’Actiris et un autre sur la Fortis voisine, en les collant sous les vitres avec du silicone." A Auderghem par contre, à la maison de l’emploi partagée avec le CPAS, 87 avenue du Paepedelle, les anars se sont laissés aller. Ils ont brisé trois carreaux du rez-de-chaussée, dont deux en transperçant les volets au moyen d’un objet pointu. Là aussi, le mur de façade a été tagué d’un slogan, plus cynique : "Vive le travail de nuit !" I n’y a pas eu d’intrusion et aucune interpellation n’a encore eu lieu. Mais Actiris a déposé plainte et l’enquête suit son cours.

** Le ministre bruxellois de l’Emploi et de l’Economie Benoît Cerexhe a dénoncé lundi “avec la force la plus vive” les actes de vandalisme commis au cours ces derniers jours contre les antennes décentralisées d’Actiris

(Berchem-Sainte-Agathe, Evere, Forest, Ixelles, Auderghem).

Le ministre a également tenu à réaffirmer la nécessité de la politique de décentralisation de la politique d’accueil et d’accompagnement des demandeurs d’emploi, afin de rapprocher ce service des personnes touchées par l’absence d’emploi.

“Cette politique de décentralisation a prouvé ces derniers mois qu’elle répondait aux besoins des ‘clients’ d’Actiris (chercheurs d’emploi comme employeurs), avec un taux de satisfaction générale en croissance”, a ajouté le ministre.

Benoit Cerexhe a par ailleurs souligné qu’il ne pouvait être question pour les pouvoirs publics de “céder face à ces actes de dégradation et qu’à toute action de dégradation il sera répondu dans les plus brefs délais pour que les services offerts par Actiris puissent l’être dans un cadre le plus accueillant et le plus serein possible”.

Il a demandé aux autres antennes décentralisées de renforcer les dispositifs de surveillance. Il a appelé les bourgmestres et services des zones de police bruxelloises à assurer un contrôle plus serré des antennes d’Actiris.

****

Ce n’est pas la première fois que l’on s’en prend aux bureaux d’Actiris. Il y a trois semaines déjà, c’était l’antenne forestoise qui avait été prise pour cible. Les auteurs avait alors brisé neuf des douze vitres de l’immeuble. Les bureaux avaient du être fermés pendant une journée. L’antenne Actiris d’Evere a, elle aussi, dû fermer momentanément ses portes ce lundi. (www.rtbf.be)

4.05.2010 http://archives.sudpresse.be/antennes-d%26%238217-actiris-vandalisees-cerexhe-indigne_t-20100503-H2FNCE.html ?queryand=actiris&firstHit=0&when=-2&begYear=2010&begMonth=01&begDay=01&endYear=2010&endMonth=05&endDay=04&by=10&sort=datedesc&pos=0&all=30&nav=1 et www.rtbf.be

Suivant
Imprimer l'article