Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Toulouse : Les portes de l’église de la Dalbade profanées
(Le 26 mai 2010)

Dépêche du Midi, 26/05/2010 à 09:07

Toulouse : Les portes de la Dalbade profanées

Durant le long week-end de la Pentecôte, les portes de la Dalbade ont été profanées. Des anarchistes, manifestement, se sont lâchés à grands coups de tags. C’est la seconde fois en deux ans que ce genre de dégradations est commis. Notre-dame de la Dalbade, située au cœur du quartier des Carmes à Toulouse, a subi, durant le week-end, une attaque en règle de tagueurs anarchistes.

Lundi au petit matin, les deux portes en bois du monument étaient ornées d’inscriptions faites à la va-vite.

C’est vers 7h30 que le responsable de la paroisse a découvert le traditionnel « ni dieu ni maître », mais aussi un message plus abscons, « Je me sens sextoy ! » De quoi le laisser sans voix. « Malheureusement, ce genre de chose est déjà arrivé dans le passé. Il y a des inscriptions de temps en temps. La mairie a été prévenue et, une demie heure plus tard, tout a été nettoyé », rassure l’homme d’église.

Aucune plainte n’aurait été déposée auprès des services de police. « À quoi cela servira-t-il ? Ça n’empêchera pas que ça se reproduise », estime le responsable de l’église de la Dalbade.

Les riverains, eux, ne gardent à pas la langue dans leur poche face à ce genre de dégradation. « C’est une honte et une tâche dans notre cité », lâche un riverain qui, en se rendant chez des amis lundi matin, est tombé sur ces enluminures d’un autre type.

Ces agressions picturales sur la Dalbade ne sont pas anodines.

En 2008, une trentaine de sympathisants des milieux d’extrême gauche et anarchistes avait manifesté lors de l’installation de l’abbé Franck Touzet.

C’était alors la première fois en France qu’un prêtre de l’Opus Dei était nommé prêtre.

Suivant
Imprimer l'article

Toulouse, 25 mai 2010