Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Brindisi (Italie) : 48h de révoltes et évasion au centre de rétention de Restinco
(Le 28 mai 2010)

Brindisi (Italie) : 48h de révoltes et évasion au centre de rétention de Restinco

Dans le centre de rétention de Restinco à Brindisi (Pouilles), 80 sans-papiers sont enfermés. Depuis des mois, de tels épisodes de révolte s’y déroulent.

Brindisi - De nouveaux désordres se sont produits dans le centre de rétention de Restinco à Brindisi, où se trouvent près de 80 sans-papiers en cours d’expulsion de l’Italie. Un groupe a réussi à forcer un portail, à travers lequel une quinzaine d’entre eux est parvenue à s’évader. Lors de cette fuite, il y a eu cette fois encore des affrontements avec les forces de l’ordre et celles du Bataillon San Marco [militaire] chargés de la surveillance du centre.

C’est justement pendant ces moments confus qu’une partie des "clandestins" est parvenue à ouvrir un trou dans l’un des gros portails du centre de rétention. Tout s’est produit moins de 48 heures après la précédente révolte qui a causé 7 blessés, dont 5 parmi les forces de l’ordre. Depuis des mois, de tels affrontements se répètent dans le centre de rétention de Restinco. (...)

Traduit de l’italien du corriere del mezzogiorno, publié sur informa-azione, Gio, 27/05/2010 - 15:03


Précisions

Sur le site de Macerie, il est précisé :

"Mais qu’est ce qui s’est produit dans le centre de rétention de Restinco, à Brindisi, cette semaine ? Certainement deux révoltes avec évasion, à deux jours de distance. Des révoltes conséquentes et dures. Suivies des tabassages habituels : la rumeur dit même qu’un jeune sénégalais serait mourant à l’hôpital après être passé entre les mains des flics et des militaires du Bataillon San Marco. La préfecture dément, mais on sait que ça ne veut rien dire. En tout cas, les évadés seraient 24, et les affrontements ne se seraient terminés que hier à l’aube"

macerie @ Maggio 28, 2010

Une vidéo d’une partie des affrontements ici

Suivant
Imprimer l'article