Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Silly (Belgique) - Vandalisme contre du matériel de police
(Le 28 mai 2010)

Silly (Belgique) - Vandalisme contre du matériel de police

Le chef de corps de la zone Sylle et Dendre part en guerre contre le vandalisme

SÉCURITÉ Trop c’est trop ! Ce week-end était censé être festif sur le territoire de la zone de police Sylle et Dendre, et plus particulièrement à Silly où la nuit de la musique était organisée. Malheureusement, pour quelques individus, l’amusement passe par diverses dégradations.

Des actes de vandalismes qui étaient clairement dirigés... contre la police. Les faits se passent dans la nuit de samedi à dimanche, sur le coup de 2h30. Quatre jeunes gens (trois hommes et une femme), visiblement éméchés s’en sont pris au matériel de la zone de police Sylle et Dendre.” La manifestation bordait une voirie très fréquentée. Nous avons donc placé deux remorques de sensibilisation routière pour indiquer aux automobilistes de lever le pied”, indique Jean Luc Martin, chef de corps de la police de Sylle et Dendre.
Et le commissaire divisionnaire d’ajouter,” Ces quatre personnes ont vandalisé les deux remorques, qui valent chacune près de 35.000€. Les pneus ont été lacérés, les fils d’alimentation arrachés, et j’en passe. Bref, elles sont inutilisables alors que nous sommes à la veille de grosses manifestations comme le Tour de France, le beau vélo de Ravel et la fête de la bière de Jurbise. Manifestations pour lesquelles nous aurions eu besoin de ce matériel”.
Ce qui a le don d’enrager le commissaire divisionnaire, c’est que ces remorques n’avaient pas d’utilité répressive. “Ce matériel est placé pour la sécurité de tous. Je ne comprends vraiment pas pourquoi ces personnes se sont acharnées dessus”. Toujours est-il qu’une enquête de voisinage menée par les services de police a récolté un témoignage.

Cependant, les auteurs des faits n’ont pas encore pu être identifiés. Toute personne ayant été témoin des faits peut prendre contact avec le poste de police de Lens au 065/39.88.50.
Les enquêteurs garantissent l’anonymat de ceux qui permettraient d’identifier les coupables de ces actes gratuits. L’addition pour les auteurs risque d’être salée.

27.05.2010
http://www.dhnet.be/dhjournal/archives_det.phtml ?id=1050897

Suivant
Imprimer l'article