Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

L’Haÿ-les-Roses (Val de Marne) : Tirs de mortier sur les policiers
(Le 16 juin 2010)

L’Haÿ-les-Roses (Val de Marne) : Tirs de mortier sur les policiers

Le Parisien | 16.06.2010, 07h00

Une nouvelle fois, hier, des policiers ont été la cible de jeunes délinquants, dont l’un a été interpellé et placé en garde à vue. Il est environ 16 h 30 quand une patrouille de la compagnie de sécurisation et d’intervention arrive dans le quartier du Jardin-Parisien à L’Haÿ-les-Roses. Une patrouille de routine qui amène les policiers à vouloir contrôler des jeunes gens attroupés rue de Bicêtre.

Mais à peine les fonctionnaires de police s’approchent-ils qu’ils sont violemment pris à partie. Des projectiles tombent de toutes parts, ils essuient même des tirs de mortiers. Si aucun policier n’est blessé, leur voiture, elle, est bien endommagée. Dès le début des échauffourées, un jeune homme est arrêté tandis que des renforts se dispersent dans le quartier. Le calme est revenu au bout d’une quinzaine de minutes. Ce type d’incidents n’est pas le premier dans le département. Depuis quelques semaines, les autorités constatent une recrudescence d’agressions contre des agents de la force publique, dont certaines entraînent des blessures. Au cours du week-end des 5 et 6 juin, trois policiers ont ainsi été blessés à Choisy. Ils étaient arrêtés à un stop dans le quartier des Aviateurs lorsqu’ils ont essuyé des jets de pierres.
Blessés par les bris des vitres qui ont volé en éclats, ils se sont vu prescrire des arrêts de travail allant de six à dix jours. Quelques heures plus tôt, leurs collègues de L’Haÿ-les-Roses avaient été pris à partie, allée des Pervenches.

Suivant
Imprimer l'article