Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

La Convención (Cusco, Pérou) : état d’urgence et affrontements autour des exportations de gaz
(Le 2 août 2010)

Guerre du gaz au Pérou

Par RFI, lundi 02 août 2010

Au Pérou, le gouvernement a décrété l’état d’urgence dans une zone de La Convencion, un district du sud du pays, proche de la ville de Cusco. Une mesure qui vise à rétablir l’ordre dans cette région où les habitants, qui s’opposent à l’exportation de gaz, multiplient les manifestations depuis plusieurs jours.

Cela fait plusieurs semaines déjà que la tension règne dans la province de La Convencion, d’où est extrait le gaz de Camisea, la principale réserve de gaz du pays. Les habitants s’opposent ainsi à ce que le Pérou exporte ce gaz, comme il a commencé à le faire en juin à destination du Mexique, alors que de nombreux Péruviens n’y ont souvent pas accès et doivent se chauffer au bois. La population de La Convencion dénonce aussi le faible coût auquel est vendu ce gaz à l’étranger alors qu’il est vendu beaucoup plus cher au Pérou.

Peu convaincus par le gouvernement, qui assure que la demande interne en gaz est et sera garantie, les habitants de La Convencion, très soutenus dans le reste du pays, ont débuté la semaine passée un mouvement de grève illimité. Un mouvement très suivi durant lequel le gouvernement assure que se sont produits de nombreux actes de vandalisme, notamment à l’encontre des installations de l’entreprise chargée de transporter le gaz.

C’est donc pour rétablir l’ordre dans la région et mettre un frein aux protestations que les autorités ont décrété, dimanche 1er août 2010, l’état d’urgence dans la province. Un décret qui permet à la police et à l’armée de prendre le contrôle de la zone et restreint les libertés de mouvement des habitants durant les deux prochains mois.


État d’urgence dans le sud du Pérou

AFP, 01/08/2010 | Mise à jour : 19:03

Le gouvernement péruvien a décrété l’état d’urgence pour 60 jours dans la province de Convencion dans la région de Cusco, dans le sud du pays, pour rétablir l’ordre à la suite de manifestations contre les exportations de gaz qui se font au détriment de la demande interne.

Durant l’état d’urgence, la police prendra le contrôle de la province avec l’appui des forces armées, selon un décret qui précise que les droits constitutionnels tels que l’inviolabilité du domicile ou la liberté de réunion et de déplacement seront suspendus. Cette décision est intervenue alors que depuis le 27 juillet des manifestations ont lieu dans la région contre une décision du gouvernement de continuer d’exporter le gaz au dépens de la consommation interne. Le mouvement menace de s’étendre à d’autres régions.

Au cours des manifestations, "des actes de vandalisme ont été enregistrés dans l’intention d’occuper les installations d’une usine de pompage de gaz", indique le décret instaurant l’état d’urgence. En juin dernier, les protestations contre les exportations de gaz avaient donné lieu à des grèves dans plusieurs villes du sud du pays. Les transports, les commerces ainsi que l’enseignement avaient été touchés et plusieurs axes routiers avaient été coupés par des barrages.

Le mouvement avait été lancé par le Front de défense du Grand Sud, une coordination sociale locale qui avait dénoncé la volonté de l’Etat d’intensifier l’exportation de gaz issu du principal gisement péruvien, Camisea (sud-est), vers le Mexique, alors que nombre de communautés locales se chauffent encore au bois.


Temen que en el Cusco se produzca otro ‘Baguazo’

larepublica.pe, Lun, 02/08/2010 - 07:45

En defensa del gas. Ayer se dio nuevo enfrentamiento de la policía con los manifestantes. Presidente regional advirtió que la suspensión de garantías en La Convención solo exacerbará el ánimo de la población.

Hugo Gonzales Sayán, presidente de la región Cusco, consideró que el estado de emergencia declarado en la víspera por el Ejecutivo en la provincia de La Convención solo exacerbará el ánimo de la población y podría tener imprevisibles consecuencias semejantes al “Baguazo”.

“El Cusco se siente agredido por casos como el de Espinar, el INC, la concesión de nuestro aeropuerto, el gas de Camisea, y ahora con el estado de emergencia las consecuencias podrían ser tan dramáticas como el Baguazo” , dijo Gonzales Sayán tras indicar que el gobierno debió buscar el diálogo antes de emitir esta medida restrictiva.

Ayer se reportó un enfrentamiento de la policía con los manifestantes en el distrito de Kiteni, muy cerca de Kepashiato, que causó heridos de consideración y uno de ellos tuvo que ser evacuado en un helicóptero policial.

El propio director de la Policía Nacional, general Miguel Hidalgo, arribó al cuartel Macamango para coordinar el desplazamiento del contingente policial que se encuentra en la zona.

No tienen temor

Maximiliana Puma, integrante del comité de lucha contra la exportación del gas de Camisea, expresó que la suspensión de garantías en su provincia no los atemoriza y aseguró que continuarán con sus medidas de fuerza.

“Hoy tendremos una reunión con nuestras bases y acordaremos cómo afrontar esta provocación que significa el estado de emergencia”, indicó la dirigenta.

En tanto, Marco Chalco, alcalde de La Convención, dijo que habían enviado un documento con sus demandas al presidente del Congreso, César Zumaeta, y que no esperaban una respuesta como el decreto supremo 078-2010-PCM que declaró en emergencia la zona y suspendió las garantías.

“Los pobladores han decidido radicalizar sus medidas y continuar la lucha”, afirmó Chalco. Informó que hoy llegará a Lima una comisión de regidores con el objeto de instalar una mesa de diálogo en Cusco y no en Lima.

Sin embargo el premier Javier Velásquez manifestó que no conversará con los dirigentes del comité de lucha que tienen intereses de carácter electoral. “Tampoco aceptaré que se anulen los contratos del gas de Camisea”, anotó.

Para hoy se espera en La Convención el arribo de dirigentes de otras zonas del país en respaldo a la paralización en esta provincia, que ya empieza a sentir la falta de alimentos y otros artículos de primera necesidad.

Datos

Sin garantías. El decreto supremo 078-2010-PCM entró en vigencia a partir de hoy y suspende los derechos constitucionales a la inviolabilidad de domicilio, la libertad de reunión, de tránsito y seguridad personales en La Convención.

Reunión macrosur. El presidente de la región Cusco, Hugo Gonzales, dijo que el martes se reunirá con los presidentes regionales del sur y planteará la revisión del contrato de exportación del gas y que la renegociación sea más inclusiva.

Suivant
Imprimer l'article