Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Calais : Des CRS en civil reconnus et frappés
(Le 4 août 2010)

Calais : Des CRS en civil agressés

Nord Littoral, vendredi 30.07.2010, 14:00

Alors qu’ils passaient rue Royale dimanche au petit matin, deux CRS en civil se sont fait agresser par deux individus. Ils ont reçu des coups au visage. Les deux agents déposent une main courante au commissariat de Calais. Suite à une enquête de la brigade de sécurité urbaine, les deux individus, âgés de 22 et 25 ans sont interpellés et placés en garde-à-vue mardi.
Mercredi, une confrontation a lieu entre les CRS et leurs agresseurs présumés. Les agents reconnaissant ces derniers. Les deux individus ont été déférés au Parquet hier matin, entendus par le juge des libertés et de la détention, puis placés en détention provisoire. Ils doivent passer en comparution immédiate aujourd’hui.

« Ils ont été reconnus en tant que CRS »

Selon Johann Cavallero, délégué régional du syndicat Alliance : « Ils étaient en civil, mais ont été reconnus comme étant des CRS. Ce ne sont donc pas les personnes qui ont été visées, mais la fonction. C’est une circonstance aggravante, et cela justifie donc une détention provisoire. En plus, les deux individus sont connus des services de police. Ils sont Calaisiens. » Le délégué régional déplore cette agression : « Ces actes sont banalisés. C’est monnaie courante. On devrait instaurer des peines planchers pour les violences contre les policiers. Il y a un sentiment d’impunité. » Jeudi matin, des tags anti-CRS ont été aperçus sur le portail du collège Saint-Pierre.

Selon Johann Cavallero, il y a un lien direct. « Dans ce collège, il y a une cantine où déjeunent les CRS. C’est une drôle de coïncidence » , explique t-il. Mais comme les deux individus sont restés e n garde-à-vue jusqu’à leur déferrement hier matin au Parquet, il est improbable que ce soit les mêmes personnes.

« Ce sont des tags comme on peut en voir dans d’autres endroits de la ville », a expliqué le commissaire-adjoint Catton.

Suivant
Imprimer l'article