Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Villefontaine (Isère) : L’appartement d’un policier cible d’un tir à balle réelle
(Le 7 août 2010)

Villefontaine (Isère) : L’appartement d’un policier cible d’un tir à balle réelle

Le Progrès, 06.08.2010 04h00

A Villefontaine (Isère), dans la nuit de mercredi à jeudi, une fenêtre du domicile d’un policier lyonnais a été touchée par une balle. Sa famille n’a découvert l’impact qu’au réveil

Malgré la présence voitures de gendarmerie durant une partie de la journée, les habitants ne se sont pas vraiment rendus compte de la gravité des faits qui se sont déroulés dans la nuit de mercredi à jeudi, à Villefontaine. Entre 3 h 45 et 6 h 45 hier matin, on a tiré sur le logement d’un policier.

Les occupants de l’appartement, qui, selon nos sources, pourrait être situé dans le quartier de la Pivolière, ne s’en sont eux-mêmes aperçus qu’au petit matin, en découvrant un projectile. Selon les premiers éléments de l’enquête menée par la brigade de recherches de gendarmerie de Bourgoin-Jallieu, la balle, bien réelle, est venue taper contre le rideau en plastique et la fenêtre de la cuisine de l’appartement.

Si aucune inscription injurieuse ou nominative n’a été relevée par les enquêteurs, il semblerait néanmoins que c’est cet appartement-là qui était précisément visé, puisqu’aucune autre trace de tir n’a été relevée sur le bâtiment. Selon un collègue qui lui a parlé dans la journée d’hier, le policier menacé « va bien. Il est solide. On ne peut pas dire non plus que cela ne lui ait rien fait. Subir ça à son domicile, sans savoir d’où ça vient, ce n’est pas commun. »

Violence urbaine à l’égard d’un policier qui vit dans un quartier sensible ? Affaire personnelle ? Difficile de le dire pour le moment. Le policier, qui est gardien de la paix à Lyon, vit à Villefontaine depuis longtemps et n’aurait pas rencontré de problèmes manifestes liés à son activité professionnelle. Pas de conflit d’ordre privé ouvertement connu, non plus. Alors, tir au hasard ? Impossible de le dire pour le moment également.

« On ne sait pas si c’est lié à sa profession, mais ça soulève le problème de la circulation des armes. »

Selon le procureur de la République de Vienne, « aucune piste n’est écartée, mais aucun élément ne permet de faire le lien avec les évènements récents survenus à Grenoble. Le fonctionnaire de police concerné ne travaille d’ailleurs pas sur le département de l’Isère ».

Mais pour ne négliger aucune hypothèse, le parquet a décidé d’ouvrir une enquête pour « violences aggravées par deux circonstances, en l’espèce la qualité de fonctionnaire de police de la victime et l’usage d’une arme ». Selon nos sources, la balle qui a été retrouvée sur le sol pourrait être un calibre de 9 mm, celui d’une arme de poing. L’information n’a cependant pas été confirmée de manière officielle.

Si l’enquête n’a pas encore déterminé pourquoi ce policier et sa famille ont été visés, dans un climat régional et national très difficile pour les forces de l’ordre, les faits inquiètent d’ores et déjà les syndicats de policiers. « On ne peut pas encore dire que ce tir est lié à sa profession. Il faut laisser le travail d’enquête se faire », insiste Alain Chizat, délégué départemental du syndicat SGP police FO. Mais, pour le militant, ces faits soulèvent surtout « le problème de la circulation des armes. Ça a toujours existé. Le problème, c’est que les différents services, de sécurité, que ce soit la police ou la gendarmerie, n’ont plus les moyens de faire un travail de fond pour savoir où sont les armes. Le malaise est profond. Aujourd’hui, le vrai problème est de s’attaquer à la circulation des armes et à l’économie souterraine plutôt que de passer son temps à courir après des infractions routières mineures ! Mais nous n’avons plus de moyens. La situation est telle, que nous n’avons même plus la possibilité de rouler. Il n’y a même plus d’argent pour mettre du carburant dans les voitures ! »


Villefontaine L’enquête se poursuit

Qui a tiré à balle réelle contre l’appartement d’un policier résidant à Villefontaine ? Et pour quel motif ? Les enquêteurs de la brigade de recherche de Bourgoin-Jallieu à qui le procureur de la République de Vienne a confié l’enquête devront faire la lumière sur ces deux questions. Rappelons que des coups de feu ont été tirés contre le domicile d’un policier situé dans la traverse de la Pivolière, jeudi, sans faire de blessé, alors que la famille du fonctionnaire dormait dans l’appartement entre 3 h 45 et 6 h 45 du matin.

Un volet et une fenêtre de l’appartement situé au troisième étage d’un immeuble en comportant cinq ont été endommagés. Aucune menace ou inscription injurieuse ou nominative n’a été relevée par les enquêteurs appuyés par les techniciens d’identification criminelle du groupement de gendarmerie. Hier, aucun élément n’a filtré quant aux constations faites au cours de la journée de jeudi sur place. La balle retrouvée sur le sol était toujours en cours d’analyse.

Dauphiné Libéré le 07/08/2010 à 05:27

Suivant
Imprimer l'article