Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris : trois policiers blessés à coups de barres de fer
(Le 19 août 2010)

Paris : trois policiers blessés à coups de barres de fer

AFP, 19 août 2010

Trois policiers ont été blessés lundi lors d’une interpellation, à Paris (XIXe), a-t-on appris mercredi de source policière et auprès d’un syndicat de police qui a dénoncé une « lâche agression ».

Dans un communiqué, Alliance (second syndicat de gardiens de la paix) a déclaré mercredi que, « après les policiers agressés à Corbeil-Essonnes », ce « sont les policiers de Paris intra muros » qui ont été « victimes d’agressions à coups de barre de fer ».

Lundi, en fin d’après-midi, selon lui, dans le XIXe arrondissement de Paris, « une vingtaine d’individus virulents, dont deux armés de barres de fer, ont tenté d’empêcher l’interpellation d’un individu détenteur de produits stupéfiants ».

Les policiers ont « reçu de multiples coups au visage et aux mains » et l’un, blessé notamment au visage, a obtenu une incapacité totale de travail (ITT) de trois jours.

Ces faits ont été confirmés de source policière qui a précisé qu’un auteur présumé des coups a été interpellé depuis et placé en garde à vue.

Alliance, dans son communiqué, « dénonce une nouvelle fois avec vigueur ces lâches agressions, de plus en plus violentes, qui se multiplient jour après jour ». « Les pouvoirs publics et les élus (...) doivent (en) prendre conscience pour y apporter des solutions radicales », ajoute-t-il.

Quatre jeunes hommes ont été interpellés lundi aux Tarterêts à Corbeil-Essonnes (Essonne) puis déférés mercredi matin devant la justice pour leur implication présumée dans des violences contre des policiers.

Suivant
Imprimer l'article