Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Gennevilliers, trois policiers agressés : « Ils étaient là pour casser du flic »
(Le 2 septembre 2010)

Gennevilliers, trois policiers agressés : « Ils étaient là pour casser du flic »

Le Parisien, 02.09.2010, 10h12

« Ils nous sont tombés dessus. Ils étaient là pour casser du flic... On a de la chance qu’aucun de nous n’y soit resté. Je ne sais pas si vous imaginez la scène, deux fonctionnaires de police en pleine nuit qui partent en courant. C’est nous les victimes. On est poursuivis par 50 mecs, on reçoit des cailloux... »

Ecoeurés et choqués, un des policiers victimes d’une agression dans la nuit de mardi à mercredi à Gennevilliers, raconte les minutes infernales qu’il a vécues.

Cette nuit-là, cité du Luth à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), trois fonctionnaires ont été attaqués par une trentaine de personnes à coups de pierres. L’un des policiers a été assez sérieusement blessé. « C’est clairement un guet-apens », a déclaré Brice Hortefeux, le ministre de l’Intérieur, qui a fait le déplacement mercredi après-midi au commissariat de Colombes, où sont affectés ces policiers.

Selon Laurent Arnaudas, le secrétaire départemental du SGP 92, ce guet-apens pourrait avoir un lien avec une interpellation survenue dans l’après-midi précédant l’agression. Vers 17 heures, une patrouille à pied avait déjà été agressée. D’après les témoignages, un jeune en moto leur aurait foncé dessus. Le jeune a finalement chuté avant d’être rattrapé et interpellé. Aussitôt une trentaine de personnes avaient pris à partie les fonctionnaires qui ont dû faire usage d’une grenade lacrymogène pour les disperser.

« Une cinquantaine de pavés autour du véhicule »

Selon les premiers éléments, les trois policiers, membres du commissariat de Colombes (Hauts-de-Seine), ont été pris à partie en début de nuit aux abords de la cité du Luth, alors qu’ils intervenaient sur un feu de véhicule situé sur un chantier. Alors que deux des trois fonctionnaires étaient partis en direction de l’incendie, le troisième, resté dans le véhicule, a été violemment agressé par une trentaine de personnes munies de pierres et de pavés.

« Les deux autres policiers sont aussitôt revenus en renfort, mais ils ont été victimes eux aussi de jets de projectiles », a raconté une source policière, en précisant que les agresseurs avaient réussi à prendre la fuite. Touché au visage et victime de multiples contusions, le policier blessé dans le véhicule a été transporté à l’hôpital. Il a pu ressortir en fin de matinée ce mercredi. « On a retrouvé une cinquantaine de pavés autour du véhicule, qui a été complètement détruit », a ajouté cette source.

Dans la foulée, deux jeunes ont été interpellés à proximité en possession d’un bidon pouvant contenir de l’essence. Ils ont été placés en garde à vue. L’enquête a été confiée à la brigade de sûreté urbaine de Gennevilliers.

Extension des peines-planchers aux auteurs de violences aggravées

« C’est totalement inadmissible », a réagi Brice Hortefeux, confirmant ce qu’avait annoncé le président de la République le 30 juillet à Grenoble après des tirs à balles réelles contre des policiers. Le président avait déclaré : « Dès le 7 septembre prochain, les peines plancher seront désormais étendues à toutes les formes de violences aggravées c’est-à-dire notamment les violences sur des personnes dépositaires d’une autorité publique ». Il avait aussi demandé « l’instauration d’une peine de prison incompressible de 30 ans » pour les assassins de policiers ou de gendarmes, ce qu’a également confirmé le ministre de l’Intérieur à Colombes.

Le ministre qu’elle serait proposée lundi et mardi prochains, par le biais d’amendements, lors de l’examen de la loi d’orientation et de programmation de la performance de la sécurité intérieure (Loppsi 2).

Suivant
Imprimer l'article

Gennevilliers, 1er septembre 2010