Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Villeparisis (Seine et Marne) : des policiers en civil de la PAF agressés en terrasse
(Le 4 septembre 2010)

Villeparisis (Seine et Marne) : des policiers en civil agressés en terrasse

Le Parisien | 04.09.2010, 07h00

Cinq fonctionnaires de la police aux frontières (PAF) ont été agressés jeudi à 21 h 30, place du marché à Villeparisis, alors qu’ils étaient en civil. Trois sont blessés. Ces policiers, qui travaillent à l’aéroport de Roissy, n’étaient pas en service. Ils prenaient un café en terrasse. Au cours de la conversation, ils ont évoqué leur vie professionnelle. Alors qu’ils allaient remonter dans leur voiture, deux jeunes les ont interpellés. « Vous êtes des flics, vous n’êtes pas chez vous ici », ont-ils hurlé.

Une quinzaine d’assaillants

Les policiers ont tenté de les calmer, mais l’un des agresseurs s’est mis à siffler. Une quinzaine d’autres jeunes sont alors arrivés et ont roué de coups les fonctionnaires. L’un d’entre eux a eu un poignet cassé et bénéficie d’un arrêt de travail de quarante-cinq jours, un autre a eu le nez cassé, un autre l’arcade sourcilière ouverte. Ils ont malgré tout pu appeler leurs collègues de Villeparisis. Lorsque ces derniers sont arrivés en renfort, les agresseurs se sont enfuis. Personne n’a été interpellé. L’enquête a été confiée à la sûreté départementale. « Il y en a vraiment ras-le-bol, la situation devient très grave », s’insurge Bruno Machet, le secrétaire général départemental de l’Unsa police. On se fait maintenant agresser en dehors de l’exercice de nos fonctions. L’Etat doit réagir. »

Suivant
Imprimer l'article