Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Belgique - Emeutes simultanées dans la prison et le centre fermé de Merskplas
(Le 14 septembre 2010)

MERSKPLAS - Dimanche, 70 détenus de la prison de Merksplas se sont révoltés. Ils ont refusé de réintegrer leurs cellulles et ont commencé à casser des carreaux et de l’infrastructure de la taule. A l’arrivée musclée des forces de l’ordre, quelques dizaines de prisonniers se sont barricadés à l’intérieur d’une aile où ils ont résisté jusqu’à l’arrivée de l’unité d’intervention spéciale de la police fédérale. Les émeutiers ont causé pas mal de dégâts et avaient également mis le feu à un table de pingpong. Les syndicats des matons ont dit que les révoltés protestaient contre le fait qu’ils n’ont pas de sanitaire (ni lavabo ni WC) dans leurs cellules.

A peine sorti de la prison, la police a dû intervenir au sein du centre fermé de Merksplas, juste en face de la prison. L’Office des Etrangers n’a pas voulu donner plus d’informations sur l’émeute, mais les syndicats des matons parlent d’une tentative d’évasion collective. Quelques “recalcitrants” ont maintenu un face-à-face avec les forces de l’ordre, mais ont finalement été maitrisés et mis à l’isolement. Deux jours avant, deux sans-papiers s’étaient déjà fait la belle. Une partie des prisonniers du centre fermé est actuellement en grève de la faim pour protester contre les mauvaises conditions et pour exiger leur libération immédiate. Ils dénoncent également le fait que les matons et la direction cherche à les faire taire.

Le lendemain, le lundi, les matons du centre fermé de Mersplas ont entamé une grève. La police, ensemble avec le service social du centre fermé, a repris le contrôle sur le centre. Les matons protestent contre l’insécurité au sein du centre rappelant le fait qu’en septembre, la police a déjà dû intervenir quatre fois dans le centre pour mater des révoltes.

14.09.2010
Compilation de la presse flamande.

Suivant
Imprimer l'article