Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Grenoble : Pris à partie, les policiers municipaux ont dû faire demi-tour
(Le 17 septembre 2010)

Grenoble : Pris à partie, les policiers municipaux ont dû faire demi-tour

Dauphiné Libéré 17/09/2010 à 14:27

Plusieurs policiers municipaux grenoblois ont été pris à partie et se sont faits caillasser mercredi après-midi dans le quartier Teisseire.

Selon nos informations, une patrouille de policiers en VTT a procédé au contrôle d’un quad non-homologué dans un parc du quartier Teisseire. Si le propriétaire de l’engin l’a retiré et remisé dans sa propriété, une dizaine de jeunes hommes se sont rapidement rassemblés autour des policiers municipaux. Ciblés par des insultes, puis des jets de pierre, les fonctionnaires ont dû quitter les lieux rapidement. Mais ils ont été confrontés à un autre problème. D’autres personnes, réparties en petits groupes, ont alors bloqué les différentes rues du quartier pour tenter d’empêcher les policiers municipaux de quitter les lieux. Ils y sont malgré tout parvenus, semble-t-il, du fait de leur mobilité en VTT.

Premier adjoint à la ville de Grenoble, en charge de la sécurité, Jérome Safar, a réagi : « Nous condamnons fermement ces événements, nous sommes solidaires des policiers qui ont bien géré la situation. Nous sommes attentifs à ce qui se passe. En même temps, c’est lié à un climat national et à une perception compliquée des relations avec la police. Les policiers municipaux sont choqués, s’il faut les accompagner, nous serons là et j’ai demandé à leur hiérarchie de faire le nécessaire. Ce sont des faits sérieux et que l’on prend au sérieux. On reste attentif à ce qu’ils soient présents sur le terrain, mais on ne veut pas exposer inutilement les policiers municipaux ». Selon un membre du syndicat CFDT, qui a souhaité conserver l’anonymat, les événements de mercredi, après le contrôle, s’apparentent à un guet-apens. « Les collègues se sont faits caillasser par une trentaine de personnes, heureusement, personne n’a été blessé. (...) Actuellement, nous sommes en retrait sur les quartiers Teisseire et Villeneuve, c’est-à-dire que nous avons des consignes de notre hiérarchie de ne plus aller dans ces quartiers car la situation est trop tendue ». Une plainte pour agression a été déposée hier au commissariat de police.

Suivant
Imprimer l'article