Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Bruxelles/attaque du comico : cinq compagnons incarcérés pour "association de malfaiteurs"
(Le 3 octobre 2010)

50 personnes ont attaqué un commissariat à Bruxelles

RTL Info, 2 octobre 2010

Le commissariat des Marolles à Bruxelles a été vandalisé en marge d’une manifestation non autorisée qui s’est déroulée dans le quartier de la gare du Midi. Deux policiers ont été blessés : les cinq personnes qui ont été mises sous mandat d’arrêt risquent jusqu’à dix ans de prison.

Vers 22 heures, le commissariat de la rue de l’Hectolitre a fermé ses portes, vendredi. Lorsque le dernier policier est entré dans sa voiture, cinquante personnes se sont lancées à l’assaut du commissariat. « Vêtus de noir et masqués, porteurs de haches et de marteaux, ils ont immédiatement jeté des pierres vers le commissariat. L’inspecteur est sorti de sa voiture, et a reçu plusieurs pierres dans le dos et sur la tête. Il est en incapacité de travail pour l’instant. Il s’est réfugié dans le commissariat, où il a fait appel aux autres inspecteurs qui étaient encore dans les environs », indique Christian De Coninck, porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles.

Cinq trentenaires sous mandat d’arrêt

Le groupe a alors pris la fuite, mais les policiers ont pu interpeller 6 personnes. Parmi elles, se trouvait un mineur qui a dû être relâché sur ordre du parquet de Namur. Les 5 autres ont la trentaine et sont sous mandat d’arrêt. « Ce qui leur est reproché pour le moment c’est une association de malfaiteurs puisqu’il y avait une coordination du groupe pour attaquer le commissariat. Il y a également des coups et blessures à agents avec préméditation puisque le groupe est arrivé manifestement dans le but d’en découdre avec les forces de l’ordre. Il y a également des dégradations immobilières et des véhicules qui ont été mis hors d’usage », indique le Substitut du Procureur du Roi de Namur, Sonia Isbiai.

Un lien avec la manifestation ?

Les personnes arrêtées risquent jusqu’à 10 ans de prison. Les dégâts au commissariat sont importants : on dénombre 66 coups sur les vitres du bâtiment et des voitures ont été endommagées. Par ailleurs, deux policiers ont été blessés.

Plus tôt dans la soirée, la police avait arrêté administrativement 130 personnes qui participaient à une manifestation dans le quartier de la gare du Midi. Ce regroupement n’avait pas été autorisé, et il visait à protester contre les centres fermés et la politique d’expulsion des étrangers sans papiers. Parmi les personnes interpellées, qui ont ensuite été relâchées, se trouvaient 17 mineurs.


Cinq mandats d’arrêt pour l’attaque du commissariat des Marolles

Le Soir, 2 octobre 2010

Deux policiers ont été blessés et d’importants dégâts matériels perpétrés dans l’attaque d’un commissariat de la place du Jeu de balle, à Bruxelles. Cinq personnes ont été placées sous mandat d’arrêt.

Vendredi soir vers 22 heures, une cinquantaine de manifestants ont attaqué à coups de pierre et de barres en fer le commissariat de la rue de l’Hectolitre, situé à proximité de la place du Jeu de balle, dans les Marolles. Les agents présents dans le bâtiment ont complètement été surpris par l’attaque. Durant le tumulte, un agent s’est brisé l’omoplate. Il sera en incapacité de travail pour 21 jours. Un autre agent a été plus légèrement blessé lors de l’opération. Les dégâts matériels infligés au bâtiment sont importants. Des véhicule de police, ainsi que des voitures particulières appartenant à des agents, ont également été endommagés.

Cinq suspects ont été interpellés par la police après ces faits.

Présentés devant le parquet, ceux-ci ont été placés sous mandat d’arrêt. Il s’agit d’un Belge, d’un Espagnol, d’un Français et de deux Italiens.

Selon le parquet, l’attaque du bureau de police est survenue après que la police eut dispersé vendredi une manifestation à proximité de la gare du Midi.

Plusieurs centaines de personnes protestaient alors contre la politique d’asile et d’immigration dans le cadre d’un regroupement international baptisé « No Border Camp » ces derniers jours à Bruxelles.


Le calme après les jets de pierres

Dernière Heure, 03/10/2010

(...) En effet, vendredi soir, environ 50 manifestants se sont regroupés à la rue de l’Hectolitre dans les Marolles et ont balancé des pierres sur les façades vitrées du commissariat de la place du Jeu de Balle. Résultat ? 24 impacts sur la façade avant et 44 sur les vitres latérales, mais surtout deux policiers en arrêt de travail et des voitures endommagées.

Les agents ont été surpris par ses attaques, surtout que des activistes - plus de 150 - réunis autour de la gare du Midi un peu plus tôt dans la soirée avaient été dispersés. 400 policiers avaient été réquisitionnés pour faire respecter les arrêtés des bourgmestres d’Anderlecht, Saint-Gilles et Forest interdisant temporairement les réunions de plus de cinq personnes sur la voie publique...

Cinq personnes ont été interceptées suite à l’attaque du commissariat et mises à la disposition du parquet pour association de malfaiteurs, blessures volontaires (un policier a une fracture de l’omoplate et dispose d’un arrêt de travail de trois semaines, un autre de trois jours), détérioration de biens immobiliers et mise hors d’usage de véhicules.

Parmi les assaillants, deux Italiens, Gian Lucas, 30 ans, et Angelo, 35 ans, un Français, Antoine, 27 ans, une Belge, Marianne, 33 ans et un Espagnol, Michel, 31 ans. Cependant, ce groupement n’a pas déclaré faire partie d’une association quelle qu’elle soit...

Suivant
Imprimer l'article