Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Rennes : Les "anarcho-autonomes" font-ils la chasse aux militants d’extrême-droite ?
(Le 3 décembre 2010)

Rennes : Les "anarcho-autonomes" font-ils la chasse aux militants d’extrême-droite ?

Le Mensuel de Rennes, 2 décembre 2010, 11h41

Samedi, des militants d’extrême droite et de la formation de Jacques Cheminade ont été pris à partie par plusieurs dizaines de personnes, en centre-ville. Ils dénoncent des violences de l’extrême-gauche.

Samedi dernier, 27 novembre, au marché des Lices. Alors qu’ils distribuent des tracts, cinq militants de Solidarité et progrès, le groupuscule de Jacques Cheminade, sont pris à partie par une quinzaine de personnes, âgées de 20 à 30 ans. Selon les témoignages, les agresseurs ont le visage partiellement dissimulé derrière des écharpes, des foulards et des bonnets. « Ils se sont opposés physiquement à la distribution », relate Alexandre Noury. Le responsable local de Solidarité et progrès précise que des militants ont été frappés. Une plainte a été déposée au commissariat.

"Ils ont bloqué les portes et le ton est monté"

Quelques minutes plus tard, vers 11 h, dalle du Colombier. Trois jeunes hommes sirotent un café dans une brasserie. Militants au sein de l’association Jeune Bretagne, une émanation de la formation d’extrême droite, Le Bloc identitaire, ils s’apprêtent à « démarrer une collecte de jouets au profit des enfants serbes chrétiens vivant dans des enclaves au Kosovo », expliquent-ils. C’est alors que débarque « entre 40 et 50 personnes » autour du café. « Ils ont bloqué les portes et le ton est monté, deux adhérents ont été frappés », rapporte l’un des militants, qui prévoit de déposer une plainte. Des faits, en grande partie confirmés par le gérant de l’établissement. Selon son témoignage, l’homme et ses commis se sont interposés. Une bousculade s’en est suivie. Le commerçant a appelé la police après avoir mis en fuite le groupe. L’association Jeune Bretagne s’étonne de la « violence de l’altercation ». « Nous avons été traités de fascistes et de xénophobes. Nous faisons régulièrement l’objet d’insultes mais jamais nous n’avions été physiquement touchés. »

Violences politiques ?

Les différents témoignages recueillis mettent en cause des militants issus de l’extrême gauche. Les militants agressés pointent « une radicalisation de la mouvance anarcho-autonome ». Et dénoncent des violences politiques.

Au commissariat, on confirme le dépôt de plainte de Solidarité et progrès. Des investigations sont menées pour identifier les auteurs de l’incident. Impossible, pour l’heure, d’en dire plus. Les policiers notent cependant un regain d’activité « de la mouvance dite anarcho-autonome, à Rennes, depuis le conflit des retraites ».

Suivant
Imprimer l'article