Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Lecce (Italie) : les 12 compagnons condamnés en appel de 1 à plus de 5 ans de prison pour la lutte contre le centre de rétention de San Foca
(Le 12 décembre 2010)

Opération Nottetempo (Lecce) : Verdict du procès en appel

Reçu par mail et traduit de l’italien
Les détails de cette lutte de 2001 à 2005 contre le centre de rétention Regina Pacis de San Foca (qui a finalement fermé) et les chronos ont été publiés ici dans Cette Semaine n°88, mars 2006

Le 9 décembre 2010 a été rendu à Lecce le verdict en appel du procès Nottetempo contre de nombreux compagnons. Après douze heures de délibérations, la Cour a en partie inversé le verdict de première instance, condamnant tous les 12 accusés cette fois pour « association subversive simple » (art. 270).

Les peines les plus lourdes ont été infligées aux quatre compagnons qui avaient été condamnés en première instance pour « association de malfaiteurs » et d’autres délits plus spécifiques. Les peines sont à présent contre eux de 5 ans et 4 mois (pour le compagnon considéré comme promoteur de l’association), 2 ans et 8 mois, 2 ans et 7 mois, 1 an et 11 mois. Deux autres compagnons, condamnés en première instance pour des délits spécifiques, ont vu leur peine augmenter jusqu’à 1 an et 7 mois. Tous les autres, acquittés en première instance, ont cette fois été condamnés à des peines de 1 an à 1 an et 8 mois.

De plus, quasi tous ont été condamnés pour les délits spécifiques (alors que beaucoup avaient été acquittés en première instance) et pour instigation au crime, lors de deux rassemblements devant l’ex- centre de rétention Regina Pacis. Rappelons qu’à cette occasion, les immigrés s’étaient révoltés à l’intérieur, et que certains avaient tenté de s’évader. Cette condamnation a été infligée à tous, sauf un, et c’est l’unique délit spécifique infligé à la grande partie des accusés.

La volonté de frapper une lutte contre un centre de rétention est évidente ; une lutte qui, combinée à d’autres facteurs, avait porté à sa fermeture. Tout comme ont été manifestes les pressions exercées durant tout le procès par le sous-secrétaire d’Etat aux affaires intérieures, Mantovano [également sénateur de la région, Ndt].

D’autres détails et réflexions suivront plus tard

Des anarchistes

Ndt : Voilà le détail des peines, selon le journal local
Salvatore Signore (ritenuto a capo dell’organizzazione) a 5 anni e 5 mesi, Saverio Pellegrini a 2 anni e otto mesi ; e Cristian Paladini a 2 anni e 7 mesi ; Alessandro De Mitri a 1 anno e 7 mesi ; Marina Ferrari ad 1 anno e 11 mesi ; Massimo De Carlo a 1 anno e 6 mesi ; Annalisa Capone e Andrea D’Alba a 1 anno e 8 mesi ; Davide Margari, Cinzia Serra e Saverio Alemanno a 1 anno e 4 mesi ; Laura Prontera a 1 anno.


A propos du Verdict du procès en appel des anarchistes de Lecce

Traduit de l’anglais, jeudi 16 décembre 2010

Comme d’habitude avec la justice du système, les choses ont mal tourné pour les compagnons lors du procès : non seulement certaines des requêtes du procureur ont été acceptées, mais en plus, ceux qui avaient été acquittés en première instance ont également été condamnés

L’histoire est maintenant bien connue. L’opération Nottetempo a commencé en mai 2005 lorsque des perquisitions ont été menées dans toute l’Italie et que cinq compagnons de Lecce ont été arrêtés et emprisonnés pendant près de deux ans de préventive. La principale raison de cette opération judiciaire contre les anarchistes, c’est la lutte tenace que les compagnons avaient menée contre le tristement célèbre centre de rétention de Regina Pacis (qui a finalement fermé ses portes notamment grâce à cette lutte), géré par l’Église et situé dans le Salento (à Lecce), la zone la plus méridionale de la région des Pouilles (au sud de l’Italie).

Après une longue série d’audiences au cours desquelles plusieurs témoins sordides de l’accusation donnèrent libre cours à des déclarations délirantes, la thèse selon laquelle les compagnons faisaient partie d’une association subversive à finalité terroriste a été rejetée. Toutefois, en raison de fortes pressions exercées par le puissant clergé local et ses alliés politiques, quatre des douze accusés ont été condamnés pour crime organisé, dont deux pour des crimes spécifiques et les autres ont été acquittés. Insatisfait de ce résultat, qui était fou dans tous les cas, le procureur Lino Giorgio Bruno a fait appel, puisque son intention était de condamner les anarchistes de Lecce pour une association subversive. A vrai dire, c’était la carrière de cet ignominieux fonctionnaire du pouvoir qui était en jeu. Il espérait devenir célèbre en étant le magistrat qui a finalement réussi à condamner des anarchistes en s’appuyant sur l’article 270 bis du code pénal italien (association subversive à visée terroriste), une tâche dans laquelle beaucoup de ses collègues italiens avaient échoué, à de nombreuses reprises.

Par conséquent, après quelques années de reports, la cour d’appel est finalement parvenue à une nouvelle conclusion stupéfiante : les douze anarchistes initialement accusés ont été condamnés selon l’article 270 (sans bis), c’est à dire sans association subversive à visée terroriste. La plus lourde des peines a été infligée aux quatre compagnons condamnés en première instance, l’un d’eux considéré comme fondateur de « l’association », tandis que deux autres accusés ont vu leurs peines augmenter et que les acquittés du premier procès ont été condamnés à des peines allant de un an à un an et huit mois d’emprisonnement. Le tribunal a également décidé que tous les accusés étaient coupables d’avoir poussé les immigrés emprisonnés de Regina Pacis à commettre des crimes, se référant à deux épisodes de révolte durant lesquels certains avaient tenté de s’évader. Il est donc clair que le véritable objectif de cette cour est de condamner la lutte contre Regina Pacis et, dans une plus large mesure, toute autre lutte de ce genre.

En attendant que les compagnons impliqués nous donnent plus de détails, nous pouvons simplement exprimer notre dégoût total pour ce misérable procureur, ses associés répugnant de la scène politique locale et les membres honteux du clergé de Lecce.

Aucun tribunal ni aucun agent du pouvoir ne pourra empêcher les exploités de se révolter. Feu à toutes les prisons !

Un complice des anarchistes accusés.

Suivant
Imprimer l'article