Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Grèce : 12 ans et demi en appel contre Giannis Dimitrakis
(Le 24 décembre 2010)

Grèce : 12 ans et demi en appel contre Giannis Dimitrakis

[Giannis Dimitrakis est un compagnon qui a été arrêté en janvier 2006 suite à un braquage de banque à Athènes. Pendant son procès, il a précisé ses motivations anarchistes pour cette expropriation. Il a été condamné à 35 ans de prison (pour le braquage et la fusillade avec les flics). En avril 2007, Giannis a été tabassé par des matons dans la prison de Malandrino, ce qui a notamment déclenché la première mutinerie d’une série de dix dans les prisons grecques.]

Retraduit correctement de l’anglais de actforfreedomnow, 23 décember 2010

Aujourd’hui 23 décembre 2010 a été prononcé le verdict de la cour d’appel. Le verdict est, après la confusion de toutes les peines, de 12 ans et 6 mois de prison ferme (contre 35 ans en première instance).

Il a été jugé coupable du braquage de la banque nationale de la rue Solonos (7 ans d’emprisonnement), coupable de concours moral à la tentative d’homicide du vigile de la banque (6 ans d’emprisonnement), coupable d’avoir participé à un gang (4 ans de prison), coupable d’avoir utilisé une arme à feu (2 ans d’emprisonnement). Il n’a pas bénéficié des circonstances atténuantes, mais la confusion des peines porte le total à 12 ans et demi.

La peine devant être au moins purgée aux 3/5 avant de pouvoir sortir, il devra donc effectuer 7 ans et demi. Il en a déjà passé 5.

La chambre était pleine de personnes solidaires, qui ont crié des slogans et [même, Ndt] applaudi après l’annonce du verdict. La présence de la police était discrète, sans EKAM (forces spéciales grecques) et autres cagoulés comme lors des procès précédents. (...)

Le compagnon a été reconduit en taule les poings levés, et dans les prochains jours, il devrait être transféré de la prison de Korydallos (Athènes), où il était enfermé temporairement le temps du procès, vers celle de Domokos.

La passion pour la liberté est plus forte que leurs prisons

Suivant
Imprimer l'article