Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Bruxelles - Incendies contre le marché de Noël
(Le 20 janvier 2011)

Bruxelles - Incendies contre le Marché de Noël

INCENDIES Le Bureau des grands événements (BGE) aurait tu la chose. Nonobstant cet aveu, Oliver Mees, son patron, nous a confirmé ce qui n’était que rumeur, avant-hier : “Nous avons fait face à trois incendies”. Dans la nuit du 31 décembre, le chalet tartiflettes de Madame Dourte (Bourse, côté Grand Café) partit en fumée. Notre interlocuteur se garde de toute hypothèse sur la cause de la destruction. Même si des sources évoquent un éventuel cocktail Molotov...

Sans associer les faits, Olivier Mees a aussi détaillé un différend entre la proprio de l’ex-chalet et le BGE : “Elle avait demandé deux chalets ; une tartiflette et un fromage. Nous fixons un strict numerus clausus pour les produits de bouche. Or, son second chalet est passé aux tartiflettes. Après deux lettres, on l’a remerciée. Elle s’était foutue de notre gueule !”

Négligence ? Allez savoir... Toujours est-il que la série noire s’est poursuivie le lendemain soir : une bouteille de gaz (“Un accident !”) a endommagé le stand... du BGE, logé près de la patinoire. Troisième alerte : le feu qui s’en prit, le jour de Noël, aux alcools de Lou Marteau (le patron du club de motards dont fait partie le bourgmestre PS de Bruxelles, Freddy Thielemans) qui avait récupéré la place de la dame aux tartiflettes. “Un pétard, paraît-il !” Qui n’empêcha pas le commerçant de réintégrer son chalet le lendemain.

Exceptionnelle, la série, partiellement soumise à enquête (pour l’échoppe de Lou) ? Oui et non, dixit Olivier Mees : “Avec 230 chalets en bois, nous nous devons à une vigilance extrême. Chacun reçoit un extincteur. Nous allons renforcer les formations premier feu et écouter l’analyse qu’en feront la police et les pompiers.”

13.01.2011 http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/article/338804/trois-chalets-en-feu-aux-plaisirs.html

Suivant
Imprimer l'article