Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Gradisca/Turin : nouvelles révoltes et évasions dans les centres de rétention
(Le 21 mars 2011)

Gradisca/Turin : nouvelles révoltes et évasions dans les centres de rétention

Gradisca : les retenus ont recommencé à se faire entendre, malgré le fait qu’ils soient tous entassés par terre dans les salles communes et gardés à vue par la police [pour rappel, le centre est entièrement détruit depuis trois semaines, suite aux révoltes précédentes]. On ne connaît pas la dynamique exacte des faits, vu que depuis un mois les retenus sont coupés de tout contact avec le monde extérieur, mais selon les agences de presse d’hier, une quinzaine d’entre eux a réussi à rejoindre la cour et à tenter l’évasion. Six d’entre eux ont réussi à s’enfuir, huit ont été envoyés en prison.

Traduit de l’italien de macerie @ Marzo 21, 2011 &

Turin : A moins d’un mois de la dernière révolte, le feu est revenu dans les cages du centre de rétention de Turin. Vers minuit, les retenus de la zone verte ont incendié les matelas dans les chambres et sont sortis dans la cour. A cette heure, il est minuit et demie, ils sont dehors, entourés de keufs armés de matraques, et la fumée sort encore des portes. Dans la zone bleue, le feu brûle également, et ce sont les employés de la Croix Rouge qui tentent de l’éteindre.

Déjà lors du rassemblement de cet après-midi, les sans-papiers avaient répondu bruyamment aux slogans et au son de dehors - "Liberté ! Liberté !". Entre autres, la police avait perquisitionné hier une zone entière, pour prévenir toute émeute : ils ont obtenu l’effet inverse !

Mise à jour, 1h30 : deux chambres ont été incendiées dans la zone bleue, tandis que dans la zone verte d’où est partie l’émeute, elles sont certainement plus nombreuses. A la différence de la révolte du mois dernier, le centre de rétention est plein, et il n’y a plus de places pour transférer les retenus dans d’autres zones à l’intérieur du camp. Ils les feront donc certainement dormir par terre.

Mise à jour, 9h30 : selon les agences de presse, ce sont trois chambres qui sont inutilisables. De plus, on a su que pour appuyer la révolte, certains retenus des autres zones du centre sont montés sur les toits. Ils ont été envoyés en isolement après avoir été redescendus par les militaires qui gardent le centre.

Traduit de l’italien de macerie @ Marzo 21, 2011

Suivant
Imprimer l'article