Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Belgique - Nuits d’émeutes, de pavés et de feu à Charleroi
(Le 5 avril 2011)

GILLY - La semaine dernière, le vendredi, Sandro (27 ans) est mort suite à des tabassages durant son interpellation par la police. Une autopsie a déterminée qu’il est mort suite à une crise cardiaque et a constaté qu’il avait des traces de cocaine dans le sang (ce que les médias utilisent à fond pour le présenter comme "un toxicomane" ou encore, dans les journaux flamands, comme "un dealer"). Des photos de son corps ont été publiés, plein de blessures et de bleus. Aussi les gens du quartier qui ont assisté à l’interpellation (qui a eu lieu en pleine rue, les policiers pensant que Sandro avait volé une cannette de coca cola), ont dénoncé l’attitude très violente de la police. Presque toute la population de la petite ville de Gilly, tout près de Charleroi, blame la police.

Les tensions sont alors vite montées à Gilly et à Charleroi.

Sept jours plus tard, vendredi 1 avril, les médias parlent pour la première fois de la rage qui explose. Le poste de police de Gilly est attaqué en soirée avec des cocktails molotov, qui n’ont malheureusement pas embrassé tout le bâtiment. Plut tôt dans la journée, des jeunes masqués avaient déjà caillasé des patrouilles de police et plusieurs voitures privées de policiers, garés devant les commissariats ou devant leurs domiciles.

Le samedi 2 avril, le soir et la nuit, des dizaines de jeunes masqués se sont affrontés à la police pendant plusieurs heures. La police a alors fait venir des renforts de la police fédérale qui a utilisé l’autopompe. Des affrontements ont aussi eu lieu dans la ville juste à côté, à Lodinsart. Les émeutieurs ont commencé par assiéger les deux commissariats dans la zone avec des pavés et de barres de fer. Quand les renforts sont arrivés, ils se sont dispersés en petits groupes pour s’affronter de partout avec les flics, en les attaquant et caillassant pour ensuite disparaître et réapparaître de nouveau ailleurs. Plusieurs policiers ont été blessés, quelques voitures ont été incendiées sur des parkings de supermarchés et des vitres de magasins ont été cassés. Quelques émeutiers ont été arrêtés, et la police prétend que certains seraient descendus de Bruxelles pour agiter et inciter. Tout le monde a toutefois été relâché le lendemain. La même nuits, des voitures sont incendiées à Bertrix et à Liège.

Dimanche 3 avril durant la nuit, des petits groupes mettent le feu à des poubelles et des conteneurs partout dans la ville, incendiant également quelques voitures dont au moins une sur le parking d’un supermarché. Plusieurs commerces et bâtiments officiels ont été cible de jets de pierres, dont notamment les Mutualités Socialistes du syndicat rouge. La police déclare avoir des difficultés à arrêter les émeutiers vu qu’ils se deplacent et agissent en petits groupes. Quelques jeunes ont été arrêtés, mais relâchés quelques heures après.

Lundi 4 avril, durant la nuit, à partir de 23h jusqu’à 4h, des véhicules sont incendiés partout à Gilly et à Lodinsart, également quelques voitures en feu à Charleroi. A Gilly, la police parle de 7 voitures et d’un bulldozer détruits. Aucune arrestation.

Pas de paix, ni de calme.

1,2,3,4 april 2011


Et à Bruxelles il y a une semaine...

BRUXELLES Un agent de la police locale de Bruxelles-Ouest (Koekelberg, Jette, Ganshoren, Berchem-Sainte-Agathe et Molenbeek) a été légèrement blessé mercredi soir lors d’un début d’émeute qui a suivi l’arrestation d’un motocycliste. Les émeutiers ont lancé des pierres et des planches. Un policier a été blessé à une main. Un émeutier présumé a été interpellé, a indiqué jeudi le parquet de Bruxelles. Une patrouille a entamé une course-poursuite contre un motocycliste qui effectuait des manoeuvres dangereuses en roulant notamment sur la roue arrière de son engin. Le conducteur du deux-roues a été intercepté après l’intervention d’une seconde patrouille, rue Picard. Alors qu’une patrouille avait embarqué le motocycliste, l’autre patrouille attendait l’arrivée d’une dépanneuse.

Les policiers restés sur place ont été rapidement encerclés par un groupe de personnes hostiles aux forces de l’ordre et qui ont commencé à insulter ces dernières, selon le parquet.

Les policiers ont suivi cinq hommes qui étaient déjà connus des services de police et qui se détachaient du groupe. L’un des cinq hommes a été interpellé par les policiers. Ceux-ci ont été ensuite la cible du groupe qui a jeté dans leur direction des pierres et des planches et qui les a menacés.

Un policier a été blessé à la main. La police a fait usage de sprays à gaz lacrymogène pour disperser les émeutiers, a ajouté le parquet.

27/3/2011 www.dhnet.be

Suivant
Imprimer l'article