Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Italie : Mistral Air, la compagnie qui déporte les tunisiens
(Le 16 mai 2011)

Italie : Mistral Air, la compagnie qui déporte les tunisiens

Pélerins et déportés

D’abord un colis prioritaire, puis un cardinal embouché, un flic de garde, puis un pli en recommandé ou un groupe de fidèles qui chantent des hymnes, ou bien encore un tunisien sur le point d’être renvoyé, embarqué avec ruse et gardé à vue. A droite à gauche tout autour de l’Europe et de la Méditerranée, entre Lampedusa, Fiumicino [aéroport de Rome], Linate, Lourdes et bien sûr, Tunis. Miracles de la technique et du toupet.

Il s’agit des vols de Mistral Air, une compagnie fondée il y a 30 ans par Bud Spencer, et qui appartient maintenant entièrement au groupe de la Poste iatlienne. Si la nuit les avions de la compagnie s’occupent surtout de transporter des caisses de correspondance, de jour ces caisses sont remplacées par des sièges, et les mêmes avions sont dédiés au transport de passagers (de gré ou de force). Ayant déjà eu les honneurs de la page faits divers il y a quelques années après avoir obtenu un accord juteux avec l’Opera Romana Pellegrinaggi, la multinationale du Vatican qui s’occupe du tourisme religieux, Mistral Air a obtenu un autre marché. Il s’agit de celui du ministère de l’Intérieur, concernant le transport des sans-papiers tunisiens de Lampedusa aux centres de rétention de la péninsule, puis des centres à Tunis (quand ils ont l’autorisation d’attérir, parce que dernièrement il y a de nouveau le couvre-feu, et que des avions ont du retourner en Italie).

En somme, la compagnie aérienne des Postes Italiennes s’occupe (avec la compagnie tchèque Travel Service) des déportations de masse décidées par Maroni [le ministre de l’Intérieur] pour contrebalancer la concession de permis de séjour temporaires qui ont vidé les centres de rétention (CIE) et de demandeurs d’asile (CAI) au début du mois dernier. Et vu que la location d’un avion de Mistral Air coûte au Ministère 6000 euros l’heure, les grands va-et-vient des derniers mois nous permettent de dire que la Poste est montée si vite sur l’échelle de l’infamie de ceux qui s’enrichissent sur l’enfermement des sans-papiers, qu’elle peut déjà trôner côte à côte avec la Croix Rouge et Sodexo, la Misericordia et Connecting People, les champions de toujours.

Traduit de l’italien de macerie @ Maggio 14, 2011

Suivant
Imprimer l'article