Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris : la manif des harragas tunisiens bloquée par les keufs
(Le 22 mai 2011)

France : migrants tunisiens dispersés

AFP, 21/05/2011 | Mise à jour : 18:12

Cinq cents migrants tunisiens qui s’étaient rassemblés aujourd’hui à Paris ont été dispersés par la police dans la confusion et des interpellations ont été effectuées parmi leurs soutiens. La préfecture de police a précisé à l’AFP que « 15 Tunisiens et 51 anarcho-autonomes ont été interpellés pour vérification d’identité ».

Quelques journalistes, dont celui de l’AFP, et des photographes ont également été interpellés avant d’être relâchés sur présentation de leur carte de presse. Interrogée, la préfecture de police a précisé qu’il y avait sur place « certains éléments que la police voulait contrôler ».

À l’appel du collectif des Tunisiens de Lampedusa, le cortège des migrants parti du XIXe arrondissement (nord de Paris) qui souhaitait se rendre vers Belleville (XIe arrondissement) a été bloqué par un imposant dispositif des forces de l’ordre.

Les manifestants se sont alors dispersés et repliés vers le square de la Villette où ils campent depuis plusieurs semaines afin d’échapper aux interpellations, scandant « Liberté » et « Des papiers pour tous ».


tract/affiche d’appel à la manif :

Manifestation Samedi 21 mai 2011 15h au square Porte de la Villette

Square de la Porte de la Villette 22 rue du Chemin de Fer Métro Porte-de-la-Villette RER-E Pantin

Nous, collectif des tunisiens de Lampedusa, fils de la Révolution, nous avons pris la tête de la manifestation du 1er mai. Nous avons pris l’immeuble vide avenue Simon Bolivar dont nous avons été expulsés violement par la police sous l’ordre de la mairie. Plusieurs ont été expulsés en Italie, certains sont encore enfermés au centre de rétention.

Puis, nous avons pris le gymnase de la Fontaine au Roi, nous y sommes depuis le 7 mai. La mairie s’était engagée à reloger tous les occupants du gymnase, mais depuis elle a abandonné les négociations. Dans le foyer qu’elle propose à Saint Honoré nous n’avons aucune liberté : contrairement à ce qui nous a été dit, nous somme obligés de quitter le foyer le jour. Nous devons rentrer avant 23h. Nous ne pouvons recevoir des visites. Nous dormons jusqu’à sept par chambre. Nous somme filmés. La mairie débloque de l’argent pour les associations humanitaires, mais rien pour vivre ensemble. Nous exigeons un lieu pour vivre et s’organiser ! Depuis que nous sommes arrivés, la police nous chasse partout où nous sommes (Quatre Chemins, Porte de la Villette, Belleville, occupation de Bolivar, etc.). Mais nous allons continuer à nous battre. En 2008, la France et la Tunisie ont signé un accord qui prévoit la délivrance de 9000 permis de séjour par ans pour les tunisiens. Le gouvernement a lui-même dit n’avoir accordé qu’une petite partie de ces titres de séjour et pourtant ils nous expulsent. Nous voulons des papiers pour tous, pour travailler, pour poursuivre nos études, pour avoir accès aux soins médicaux, pour circuler et vivre librement.

Ni police ni charité ! Un lieu pour s’organiser !

Papiers et liberté pour tous !

Suivant
Imprimer l'article