Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Val Susa (Italie) : début des travaux, Barricades vs. blindés
(Le 30 mai 2011)

Barricades vs. blindés en Val de Susa

Indy Nantes, lundi 30 mai 2011

Mardi 24 mai
L’alarme se déclenche dans la soirée : les blindés des forces de l’ordre sont sur la route qui arrive à Chiomonte (lieu-dit La Maddalena) en Val de Suse, cet endroit est sensé être le premier chantier du trajet définitif du TAV Lyon-Turin ; il fait partie du « corridor 5 »qui, venant de Kiev, mettrait Turin à une heure et trois quarts de Lyon.

Depuis 2005 et grâce à une mobilisation massive (et au manque de fonds !), les travaux sont en effet au point mort...mis à part quelques études préliminaires en 2010. Mais aujourd’hui, on n’en est plus aux études préliminaires : les vrais travaux vont commencer et celui-là n’est que le premier chantier d’une série qui devrait se terminer (selon leurs propres prévision) en 2023, ravageant au passage toute la vallée et plus si affinités...les poussières d’amiante et d’uranium étant très volatiles.

Voici un résumé de la nuit. La nuit à la Maddalena de Chiomonte a été très longue. La résistance populaire contre le TAV à bloqué la première tentative de lancer les chantiers pour la Turin-Lyon. Un « presidio » (sorte de cabane, lieu phare de ce mouvement où l’on organise la lutte) est déjà en place depuis plus d’un an à cet endroit. Des centaines d’opposants sillonnent la vallée éclairés par les lampes frontales et par la lune. Des dizaines d’arbres sont coupés et placés sur les différentes routes qui mènent au site ; des tranchées sont creusées au caterpillar , tout moyen et bon pour stopper l’avancée des blindés : arbres, rails de chemin de fer, terre, pierres, etc Les force de l’ordre traversent un tunnel sur l’autoroute et à leur sortie... il sont obligés d’y rentrer à nouveau, car les gens, placé sur le flanc de la montagne, leur lancent des centaines de pierres. Au bout d’une heure de cris, chants, slogans de revendication, ils sont obligés de faire demi-tour et de rentrer à la niche vers 4h du matin. Pour cette nuit, ils n’ont pas réussi à passer. La résistance ne fait que commencer. La liberté ne se demande pas, elle se prend. Venez nombreux, on a besoin de monde.

Cet été risque d’être très chaud.

Suivant
Imprimer l'article