Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Lyon : Un ex-ministre de Ben Ali n’a pu tenir conférence
(Le 5 juin 2011)

Un ex-ministre de Ben Ali n’a pu tenir conférence

Lyon capitale, 06/06/2011 à 10:21

Près de 300 Tunisiens (selon les organisateurs) ont fait obstacle ce dimanche à la conférence d’un ex-ministre de Ben Ali, Mohamed Jegham, dans le 7e arrondissement. Celui qui détenait les portefeuilles de l’Intérieur et de la Défense a récemment fondé un parti et bat actuellement campagne. L’une des affiches des opposants portaient l’inscription "les vieux loups rodent toujours". Les manifestants protestaient aussi contre le visa que lui ont accordé les autorités françaises, y voyant une forme de complicité.


Lyon. Rassemblement contre la venue d’un ancien ministre de Ben Ali

AFP, 5 juin 2011 à 17h10

Quelque 300 Tunisiens, selon les organisateurs, se sont rassemblés aujourd’hui à Lyon et ont empêché Mohamed Jegham, ancien ministre tunisien du président déchu Ben Ali, de tenir une conférence, en dénonçant "les vieux loups" qui "rôdent toujours".

Mohamed Jegham, qui a été notamment ministre de l’Intérieur et ministre de la Défense nationale jusqu’en 2001, a fondé récemment un parti, baptisé El Watan, et est entré en campagne. Selon Abdelaziz Chaambi, l’un des initiateurs de la manifestation lyonnaise, "il a été renvoyé par le peuple et il essaie de revenir par la fenêtre". Des Tunisiens de tous âges, certains portant des drapeaux, ont bloqué les entrées de la salle où devait se tenir la conférence, dans le 7e arrondissement.

"RCD (le parti de Ben Ali, ndlr) dégage" et "les vieux loups rôdent toujours", pouvait-on lire sur des affiches placardées sur la porte d’entrée, qu’ils avaient fermée avec un cadenas. "Nous dénonçons la complicité de Jegham et aussi de l’Etat français qui lui a accordé un visa pour venir faire une tournée en France", a ajouté M. Chaambi, président de l’association "les amis de Mohamed Bouazizi", du nom du vendeur de légumes qui s’était immolé par le feu en décembre 2010, déclenchant la révolution tunisienne.

Suivant
Imprimer l'article