Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Santa Maria Capua Vetere (Caserta) : un centre de rétention cramé, c’est un centre en moins !
(Le 9 juin 2011)

Santa Maria Capua Vetere (Caserta) : un centre de rétention en moins !

[Ce centre de rétention provisoire constitué de tentes et situé dans l’ex-caserne militaire Andolfato, a été ouvert le 18 avril, en grande partie pour y enfermer les harragas Tunisiens. Il séquestrait 96 d’entre eux lorsqu’il a été incendié. Le 9 juin, suite à l’incendie, il a clos ses portes.]

La préfecture de Santa Maria Capua Vetere (Caserta, près de Naples) a mis sous séquestre judiciaire le lieu où se sont déroulés les derniers incidents dans le centre de rétention (CIE) de Casertano. Les faits graves, de "destruction" [devastazione, en italien], "ont rendu le centre inutilisable". La préfecture devra trouver un autre endroit pour les immigrés.

Selon le préfet, Guido Longo, des immigrés ont mis le feu à des tentes, puis avec les piquets en fer, ont tenté de s’évader en forçant le barrage des forces de l’ordre. Lors de l’affrontement, cinq flics et carabiniers ont été blessés, mais aussi près de 25 retenus. Les flammes ont détruit une dizaine de tentes.

D’après une agence de presse, reproduit sur macerie @ Giugno 9, 2011

Suivant
Imprimer l'article

Après l’incendie...

...et avant