Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris : La classe politique cible de vandales
(Le 10 mai 2006)

La classe politique cible de vandales

20 Minutes paris | édition du 10.05.06

Ce week-end, une nouvelle permanence politique a été dégradée à Paris. La cinquième en un peu plus d’un mois. La vitrine de la permanence PS du 2e arrondissement a subi une dizaine d’impacts, dans la nuit de dimanche à lundi. A la mi-avril, c’est la permanence socialiste du 3e qui avait été visée à deux reprises. Un peu plus tôt, ce sont les locaux de l’UMP des 9e et 11e arrondissements qui avaient également été la cible de casseurs. On était à l’époque en pleines manifs anti-CPE.

Les manifestations ont cessé, mais les dégradations se poursuivent. De quoi inquiéter la classe politique parisienne. Christophe Caresche (PS), adjoint au maire en charge de la Sécurité, demande à « l’Etat qu’il prenne cette affaire au sérieux, et apporte une vigilance particulière à la surveillance de ces permanences ». Le maire de Paris était monté au créneau dès lundi soir, condamnant « avec la plus totale fermeté » ces « actes de saccage ». « De tels agissements s’inscrivent dans un contexte très préoccupant car ils ciblent des lieux symboliques de notre vie citoyenne et démocratique », estime Bertrand Delanoë. Hier, c’était au tour de Martine Billard, députée de Paris (Verts) de demander à ce que soit mis fin à « ce type d’agissements injustifiables ».

Toutefois, pour Christophe Caresche, pas question de reporter les prochaines réunions prévues par ces permanences. « Ce serait dommage d’interrompre notre travail et de donner un sentiment de victoire à nos agresseurs. »

M. B.

Suivant
Imprimer l'article

La permanence du PS de la rue Montorgueil (Paris-2e), attaquée le 08 mai 2006