Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Galice (Espagne) : sabotages incendiaires contre le TGV
(Le 8 juillet 2011)

Galice (Espagne) : sabotages incendiaires contre le TGV

traduit de l’anglais de thisisourjob, 7 juillet 2011

La veille de la St Jean (23 juin), une pelleteuse, un bulldozer, un camion-citerne et une bétonnière ont été incendiés à Reboredo, dans la région de A Coruña. Les quatre engins étaient situés dans un chantier de la ligne ferroviaire à grande vitesse (AVE). Le feu, qui a pris entre 1h30 et 3h, selon la presse, n’a été éteint qu’après l’intervention d’une brigade entière de pompiers de Vigo, et d’une unité mobile du Redondela Municipal Rapid Intervention Groups (Grumir).

Les engins appartenaient à l’entreprise Excavaciones Roberto, impliqué dans le joint-venture (UTE) formé par Vias y Construcciones et Corsàn Isolux. Ce dernier est copropriétaire du chantier du TGV en construction.

Un journal a signalé qu’au même moment s’est produite une seconde attaque à Boiro, Calle Cimadevila, toujours dans la région de A Coruña. Là, deux bouteilles de coca cola remplies d’acide nitrique et de feuilles d’aluminium ont explosé devant le domicile de Roberto Dieste, propriétaire de Excavaciones Roberto et des engins détruits sur le chantier.

Dieste a défini les attaques comme des "crimes odieux", qui ont causé environ 100 000 euros de dégât. Personne n’a revendiqué ces attaques, mais la police évoque aussi bien l’hypothèse de travailleurs en colère contre leurs conditions de travail que du groupe séparatiste Resistencia Galega. Il est important de rappeler que les chantiers du TGV en Galice ont été sabotés plusieurs fois ces dernières années, comme une grue en 2008 à Santa Lucia, dans la région de Santiago de Compostela, revendiqué par Resistencia Galega. Concernant ce groupe, Dieste affirme avoir de bonnes relations "avec tout le monde".

Le 17 juin 2010, un camion-citerne de son entreprise avait explosée avoir avoir été incendiée sur un chantier d’appartements bourgeois à Santiago de Compostela. L’attaque avait été revendiquée par les Commandos Antiautoritari contro Stato-Capitale [Commandos anti-autoritaires contre l’Etat et de Capital]. On ne sait pas si ces deux attaques sont liées.

Suivant
Imprimer l'article