Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Modena (Italie) : la grande évasion du centre de rétention, vingt jours plus tard
(Le 23 juillet 2011)

Modena (Italie) : la grande évasion du centre de rétention, vingt jours plus tard

Le 27 juin, près de 30 retenus parvenaient à s’évader du centre de rétention de Modena (près de Bologne), des cellules jusqu’à la porte d’entrée principale, grâce à leur détermination et leur auto-organisation (voir ici). Huit avaient été repris puis incarcérés... ils sont désormais libres. Voilà pourquoi, à partir du récit dégoûté d’un journal du cru. Bonne chance à eux !

"Ils s’étaient donné du mal pour les capturer, et en avaient rattrapé 8 sur 30, mais aujourd’hui tous les efforts des policiers qui ont tenté de contenir l’évasion du centre de rétention (CIE) sont vains. Les 8 tunisiens incarcérés le 27 juin pour blessures, rébellion et dégradations sont tous libres. En appel du JLD (Tribunale del Riesame, en Italie), ils sont sortis pour "manque de transmission d’une pièce essentielle du dossier" au tribunal, c’est-à-dire l’enregistrement par les caméras des moments de l’évasion.

En somme, le tribunal n’a pas reçu le film, considéré comme une pièce fondamentale, et a du concéder la "question de procédure" soulevée par le commis d’office des tunisiens. Ces huit retenus qui se sont révoltés le 27 juin dans le centre en blessant policiers et militaires, enfonçant sept portes du centre pour ensuite s’évader en masse, sont désormais libres de leurs mouvements. Bien qu’ils soient considérés comme dangereux [sic], ils sont sortis hier matin de la prison de Modena.

Ce jour-là, la révolte dans le centre a éclaté après le repas de midi : ce seraient les Tunisiens qui l’auraient préparée, en s’organisant et se distribuant les tâches. Certains ont dégondé les portes des chambres, d’autres défoncé celle du couloir, d’autres mis KO les militaires et policiers, utilisant notamment un extincteur. Puis sont venues les pointes de fer, les crachats et les menaces jusqu’à la liberté pour trente d’entre eux. Ensuite, huit seulement avaient été repris. Vu la décision du tribunal : beaucoup d’efforts pour rien.

Traduit de l’italien à partir du journal local, reproduit par macerie @ Luglio 16, 2011

Suivant
Imprimer l'article