Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Trento : un relais de téléphones portables incendié en solidarité contre le TAV
(Le 28 juillet 2011)

Trento : un relais de téléphones portables incendié en solidarité contre le TAV

Une traînée de feu de plusieurs dizaines de mètres de haut. C’est ainsi qu’un incendie a détruit, dans la nuit de dimanche à lundi, l’antenne de la compagnie Vodafone située via Fersina, à deux pas de Dolimiti Energia. Des flammes alimentées par une bouteille d’essence, et sur place, entre vignes et épis de maïs, un papier avec la revendication : "L’imprévisibilité de la vie vous prendra avec le feu". Et puis "No tav", "No nocività" [Non au TAV, Non aux nuisances] (déjà retrouvé comme signature à Rovereto lors de l’attaque incendiaire d’il y a dix jours sur un chantier ferroviaire], et "contre la domination et le contrôle", puis "liberté pour pour Billy, Costa et Silvia". Un tract écrit à la main avec une calligraphie rectangulaire, qui rappelle les textes des années du terrorisme (sic) [c’est-à-dire tracée au normographe, cette petite règle d’école en plastique coloré avec des lettres et des chiffres NdT]. Une écriture, surtout, qui rend pratiquement inutile une possible expertise calligraphique.

L’enquête des carabiniers, en phase initiale, est ouverte, mais la piste anarchiste semble la plus probable. Parce par le passé déjà, des relais de téléphones portable avaient été pris pour cible.

Selon les premières hypothèses, ceux qui ont mis le feu avaient des bouteilles d’essence, ont coupé le grillage d’enceinte puis on baigné le relais de liquide inflammable. Une petite flamme a ensuite suffit à allumer l’incendie qui a ensuite dévoré toute l’antenne. La chaleur a brûlé le caoutchouc qui recouvrait les fils, rendant de fait inutilisable le relais et provoquant des milliers d’euros de dommages.

traduit de l’italien à partir d’un article local reproduit sur informa-azione, Mer, 27/07/2011 - 23:30

Suivant
Imprimer l'article