Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris : trois flics blessés après un affrontement avec une centaine de vendeurs à la sauvette sous la Tour Eiffel
(Le 21 août 2011)

Les vendeurs à la sauvette chassés de la tour Eiffel

Des incidents ont éclaté hier entre la police et des vendeurs à la sauvette. Après avoir mobilisé des CRS pour canaliser leur activité, la préfecture va durcir son action.

Le Parisien | Publié le 22.08.2011, 07h00

Situation tendue hier après-midi sous la tour Eiffel. Alors que la Coupe du monde de football des sans-abri drainait énormément de monde sur le Champ-de-Mars (VIIe), de violents incidents ont éclaté vers 14 heures entre des vendeurs à la sauvette et les forces de l’ordre. Selon la préfecture de police de Paris (PP), une centaine de vendeurs à la sauvette ont fait face aux policiers avant de se disperser.

« Nous n’avons pas chargé », assure-t-on à la préfecture de police (PP). Néanmoins, trois policiers ont été « blessés légèrement, notamment aux jambes » par des projectiles. Et une dizaine d’interpellations a eu lieu.

Selon la police, une rumeur annonçant l’aggravation de l’état de santé d’un vendeur à la sauvette blessé vendredi soir serait à l’origine de ces échauffourées. En effet, un commerçant ambulant s’était électrocuté en tentant de traverser la voie d’une ligne du métro parisien afin d’échapper à un contrôle de police. « L’état de ce patient s’améliore malgré ses brûlures et ses jours ne sont plus en danger », assure-t-on à la PP. Dans ce contexte, le directeur de cabinet du préfet de police, Jean-Louis Fiamenghi, s’est rendu sur place pour annoncer un durcissement : « Chaque vendeur à la sauvette sera dorénavant systématiquement interpellé et il n’y aura plus aucune tolérance pour ces ventes. »

Renforcement de la législation

Pour lutter contre ce secteur de l’économie informelle, la préfecture de police a déjà bénéficié d’un renforcement de la législation en mars dernier. Depuis la loi Loppsi 2, ces vendeurs peuvent être emmenés en garde à vue. « Nous avons réalisé 550 gardes à vue ces derniers mois », précise-t-on au commissariat du VIIe. La préfecture a par ailleurs renforcé ses effectifs. En plus des traditionnels patrouilleurs à VTT ou des agents de la BAC, les CRS sont appelés à la rescousse depuis mars dernier. Une soixantaine d’entre eux sont mobilisés au fil de la journée. « Les vendeurs à la sauvette ont peur des CRS. Il leur suffit de sortir de leurs camionnettes pour voir les lieux touristiques se vider », souligne un commerçant. L’œil hagard, un vendeur à la sauvette confirme : « Oui, oui, il y a des CRS. Ils sont très nombreux et méchants », dit-il avant de prendre la fuite à la vue d’un policier.

Souvent venus d’Afrique subsaharienne, du sous-continent indien ou d’Europe centrale, les vendeurs à la sauvette sont de plus en plus nombreux depuis quelques mois. Selon le commissariat du VIIe, ils seraient jusqu’à 300 certains jours à œuvrer sous la Dame de fer. Porte-clés, foulards, magnets, boissons... De qualité inférieure, leur marchandise se vend à des prix défiant toute concurrence. Certains souvenirs comme les petites tours Eiffel sont ainsi proposés à 1 € les cinq contre 3 ou 4 € chez les vendeurs officiels. Un argument de poids pour vendre quelques souvenirs aux 6 millions de touristes qui se rendent chaque année sous la tour Eiffel.


Heurts entre vendeurs à la sauvette et policiers sous la tour Eiffel

France Soir, 21 août 2011 à 20h39

Des échauffourées ont fait trois blessés parmi les policiers lors de heurts avec une centaine de vendeurs à la sauvette, ce dimanche à Paris.

Trois policiers ont été blessés dimanche après-midi près de la tour Eiffel à Paris par des pierres et des bouteilles lancées par une centaine de vendeurs à la sauvette. Une dizaine de personnes ont été interpellées, a annoncé la préfecture de police (PP) de Paris.

Les incidents ont éclaté vers 14 heures au milieu d’une foule nombreuse de touristes et de spectateurs de la 9e Coupe du monde des sans-abri, qui assistaient aux matches qui se déroulaient sur le Champ-de-Mars. Une patrouille de police a été prise à partie par des vendeurs à la sauvette, qui ont vite appelé à l’aide d’autres vendeurs. Ces derniers se sont retrouvés au nombre d’une centaine contre des forces de l’ordre, qui ont aussi, de leur côté, appelé des renforts. Rumeur

Les vendeurs se sont alors dispersés. Selon la police, une rumeur annonçant l’aggravation de l’état de santé du vendeur à la sauvette blessé vendredi soir, après s’être électrocuté en tentant de traverser la voie d’une ligne du métro parisien pour fuir la police, pourrait être à l’origine des incidents. La PP indique que « l’état de ce patient s’améliore malgré ses brûlures électriques, et ses jours ne sont plus en danger ».

Le directeur de cabinet du préfet de police, Jean-Louis Fiamenghi, s’est rendu sur place et a déclaré « que chaque vendeur à la sauvette serait dorénavant systématiquement interpellé et qu’il n’y aurait plus aucune tolérance pour ces ventes ».

Les vendeurs à la sauvette, souvent venus d’Afrique noire, du sous-continent indien ou d’Europe centrale, se multiplient au pied de la tour Eiffel en période d’affluence touristique, pour grappiller quelques euros auprès des 6,7 millions de touristes français et étrangers qui visitent chaque année la « dame de fer », emblème de Paris.


Paris : le vendeur à la sauvette se jette sur les rails du métro

Seneweb, Lundi 22 août, 2011 11:55

Un sénégalais vendeur à la sauvette qui tentait d’échapper au contrôle de la police parisienne sur l’esplanade de la Tour Eiffel, est a été électrocuté en se jetant dans le tunnel du métro Trocadéro. Lamine Ndour, un thiessois marié et père d’un enfant, a reçu une décharge électrique au contact des rails du train, d’où il a été sorti par les pompiers de Paris, rapporte le journal L’As. « Lamine Ndour est arrivé en coma dans nos services. Nous avons vu qu’il souffrait beaucoup et pour lui administrer des médicaments et des soins, nous l’avons mis dans le coma. Il est en réanimation artificielle », a expliqué son médecin traitant.Selon le porte-parole du collectif des sénégalais vendeurs à la tour Eiffel, Amath Thiongane, certains de ses collègues ont été rattrapés le même jour par la police et libérés le lendemain. Très en colère, quelques 300 sénégalais vendeurs à la sauvette ont tenu une Assemblée générale de plusieurs heures pour dénoncer les tracasseries dont ils sont l’objet. Le consul du Sénégal à Paris, Léopold Faye a appelé au calme et informé la famille de la victime qu’une enquête a été ouverte par le procureur de Paris.


50 vendeurs à la sauvette interpellés

afp Publié le 22/08/2011

La police "interpelle chaque jour 50 à 60 vendeurs à la sauvette et saisit des centaines de kg" de marchandises autour de la Tour Eiffel, a annoncé le directeur de cabinet du préfet de police de Paris Jean-Louis Fiamenghi. Cette déclaration intervient au lendemain des incidents qui ont opposé dimanche après-midi près de la Tour Eiffel des policiers et des vendeurs à la sauvette. Trois policiers ont été blessés, selon la préfecture de police, par des pierres et des bouteilles lancées par une centaine de vendeurs.

Une patrouille de police a été prise à partie par des vendeurs à la sauvette, qui ont vite appelé à l’aide d’autres vendeurs. Ils se sont retrouvés une centaine contre des forces de l’ordre qui ont aussi de leur côté appelé des renforts. Les vendeurs se sont alors dispersés. "Entre le Champ-de-Mars et l’esplanade du Trocadéro, il y a chaque jour de 150 à 300 vendeurs à la sauvette", a précisé M. Fiamenghi. Dans cette zone, a-t-il assuré, "la police fait un travail énorme en interpellant chaque jour des dizaines de ces vendeurs et en saisissant plusieurs centaines de kg de marchandises qui sont ensuite détruites en accord avec le parquet".

Depuis la nouvelle loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (dite Lopssi 2), la vente à la sauvette a été requalifiée comme un délit (contravention auparavant), susceptible d’une peine de prison, a rappelé cet haut responsable. "Nous n’acceptons pas ces incidents et nous allons continuer à être présents près de la Tour Eiffel", a conclu le le directeur de cabinet du préfet de police de Paris.

Suivant
Imprimer l'article